Favoriser la santé en découvrant le « Meilleur de soi »

Ce texte ecrit en 2009 est toujours d'actualité.Il convoque la notion de psychoneuroendocrinologie.Concept s'enrichissant de multiples approches.

Pour introduire ce texte, je vais faire référence au cœur physiologique, l’organe essentiel et principal du corps humain.
Son travail vise à pomper le sang et à le transporter par les artères. Le cœur joue un rôle central et fonctionnel se mettant en relation avec toutes les parties du corps en contribuant à l’oxygénation des tissus. Cette pompe est animée, des la naissance par une pulsion. Elle bat, en assurant ainsi le rythme de la circulation du sang, de son flux et reflux ; Le cœur initie le mouvement.
Le mouvement principal du cœur alterne systole et diastole, autrement dit contraction et expansion.
Vous savez, les fameux chiffres quand un médecin vous prend la tension artérielle.
Contraction et expansion, ce rythme de base est en lien direct avec le travail des poumons et s’appelle inspiration et expiration. Ce rythme fondamental se répercute à d’autres niveaux de l’être.
Le double mouvement du cœur devient alors impression et expression. L’impression correspond au mouvement d’inspiration : pensées, intuitions, sentiments, événements s’impriment en nous.
L’expression correspond au moment de l’expiration. Des choses nous ont impressionné, nous les avons inspirées, elles nous ont inspiré, et nous avons diverses réactions.
Nous nous exprimons, nous créons, nous unissons notre être intime à l’univers.
Par exemple, regardez ces milliers de personnes qui se battent ou se sont battus pour la liberté et la dignité des hommes et des femmes sur la planète, l’histoire en garde des traces ainsi que l’humanité.
Vous avez reçu l’aide, l’écoute, le soutien au moment d’épreuves et d’événements douloureux, ces émotions et ces actions feront partie de votre être et/ou de celui ou celle qui en a bénéficié. Nous apportons notre contribution à l’univers .N’ayons pas peur de cette expression.
L’univers d’un homme en souffrance, l’univers d’un quartier stigmatisé par l’exclusion, l’univers d’un enfant maltraité, l’univers d’un demandeur d’emploi écrasé par les aberrations administratives, l’univers d’une ville prospère, d’un pays, d’un continent, l’univers d’une planète connecté par la toile du web….
Tout dans l’univers est en mouvement. Des conditions climatiques aux êtres humains. Tout bouge constamment. Rien n’est figé. La philosophie et la psychologie chinoise au travers de l’acupuncture par exemple l’ont comprise depuis très longtemps. Certains évoquent les notions de yin et de yang, de tao…
On peut parler de processus vivant. D’ailleurs la maladie organique correspond à un arrêt prolongé et à une stagnation, pouvant être porteur de sens, de symboles et de significations. Lorsque que le sang a des difficultés de circuler, des problèmes apparaissent. La même chose s’observe pour les émotions .lorsque que celle-ci se concentrent autour d’un problème non résolu, les personnes ont besoin parfois d’aller en thérapie pour s’en libérer et ne plus en souffrir.
De la même façon, si les idées n’évoluent plus et se transforment en croyances rigides alors les émotions peuvent en subir des effets néfastes comme certaines articulations corporelles en souffrir. Quand le processus vivant rencontre des difficultés, des obstacles, des maladies, des malaises, des traumatismes, des blocages peuvent survenir.

Essayons d’y voir un peu plus clair même si le sujet est complexe.

Le processus vivant, l’énergie créatrice, le mouvement créateur, l’élan créateur, la pulsion de vie, la pulsion créatrice qui anime la vie et les êtres vivants est bien plus puissant et profond que la pulsion de la libido même si cette dernière en est une des composantes. .

Quand cette pulsion de vie rencontre des obstacles, des tensions qui produisent des contractions et des fermetures amoindrissant sa force et sa vitalité, les gens vivent en-périphérie d’eux-mêmes en développant des personnages qui leur servent de mécanismes de défense.

Ils s’attachent ainsi à leurs « boucliers », à leurs « cuirasses » au point de ne pouvoir les remettre en question. Emergent alors les problèmes conduisant à l’autodestruction, à la maladie et à toutes sortes d’écarts entre soi et soi-même (son individualité profonde).

A la base, il y a l’angoisse existentielle qui provient de la peur de naitre. Le bébé qui vient au monde change radicalement d’état. Il passe d’un milieu aquatique à un environnement aérien quittant la symbiose avec la mère.

L’origine de nos peurs n’est donc pas seulement en lien avec notre enfance ou l’éducation reçue mais aussi liée à notre propre naissance.
Le nouveau-né possède des reflexes naturels qui lui donnent la possibilité de se protéger des bouleversements liés au passage de la naissance.
Si la menace se poursuit, les précieux réflexes naturels deviennent des « cuirasses », des carapaces telles « un bouclier vivant qui respire au même rythme que nous et qui nous constitue, ce qui créée un rétrécissement du flux créateur et une perte de contact avec soi ».

Si je ne peux fuir ou attaquer, je vais me retrouver en situation d « inhibition d’action », c'est-à-dire que la décharge naturelle de la tension est empêchée.

Des émotions enfermées naissent en moi Ces émotions créeront la formation de nœuds corporels autour des organes, des articulations ou n importe quelle autre partie du corps.

Ce sont les fascias (tissus conjonctifs) qui accumuleront l’empreinte des différentes souffrances et traumatismes.

Les fascias sont des minces membranes fibreuses et malléables enveloppant toutes les structures du corps (muscles et groupes musculaires, os, artères, organes, glandes…) formant un réseau qui les supporte et les relie entre elles

.Les fascias sont innervés et grâce aux fibres tubulaires qui les composent, ils servent aussi de voie de circulation au liquide lymphatique qu’ils acheminent aux vaisseaux lymphatiques, puis aux ganglions. Comme tous les tissus vivants, les fascias peuvent être malades ou blessées.
Perdre le contact avec soi-même peut faire suite à l’accumulation de ces cuirasses (une sorte de protection) qui se définissent comme une armure à la fois physique et psychique.
Graduellement les cuirasses s’installent de plus en plus profondément dans les couches musculaires, emmagasinant avec elles les émotions et les pensées refoulées.
Toutefois, le mécanisme de la vie a permis que cet écart soit signalé, sans en être clairement conscient, par des douleurs physiques et « psychiques », des accidents de parcours ….Des événements arrivaient par accident. les bonheurs comme les malheurs venaient et repartaient au hasard, obéissant au simple mouvement de la vie…

la citation illustre la dépendance et la situation dans laquelle se trouve un homme, une femme subissant les événements de la vie plutôt que d’en prendre conscience
« Au départ, il voulait participer à la pièce, à l’humanité, en y joignant son talent. A la longue, il finit par être sur pilotage automatique, comme s’il obéissait à une programmation. Possédé par la peur, motivé par les heurts, désirant s’échapper aux expériences difficiles du passé et devenant complètement dépendant de ceux et celles qui semblent répondre à ses besoins de reconnaissance et de sécurité ; l’action disparaît peu à peu sous les masques du personnage »

Le changement, la sérénité, et la liberté d’agir et de penser peuvent se réaliser en découvrant ce que Guy CORNEAU appelle le « meilleur de soi ». « Le meilleur de soi n’est pas une chose à atteindre, c’est une chose à exprimer et à être. Il nous invite à utiliser nos talents pour nous transformer et pour transformer le monde. »

Le poète soufi Kabîr décrit ce processus de changement :

« La bataille de celui qui cherche la Vérité continue
Jour et nuit et, dans le champ clos de notre corps
Se livre une grande guerre contre les passions,
La colère, l’orgueil et l’envie(…)
La bataille de celui qui cherche la Vérité
Continue jour et nuit et, aussi longtemps
Que dure sa vie, elle ne cesse pas. »

Bibliographie qui a contribué à l’écriture de ce texte
Guy CORNEAU, LE MEILLEUR DE SOI, Robert Laffont 2007
Marie Lise LABONTE, MOUVEMENTS D EVEIL CORPOREL METHODE DE LIBERATION DES CUIRASSES, Editions de l’homme, Canada, 2005
Christian CARINI, LES MAINS DU CŒUR, Robert Laffont ; France, 1995
Michel ODOUL DIS MOI OU TU AS MAL, JE TE DIRAI POURQUOI Edition Albin Michel 2002
Matthieu RICARD L’ART DE LA MEDITATION, NIL éditions 2008



Quelques Sites d’intérêt :
www.fasciatherapie.com le site officiel de l approche de la fasciatherapie, méthode Danis Bois ;
www.passeportsante.net les thérapies des fascias, la méthode de libération des cuirasses…
www.methodeliberationdescuirasses.com : le site officiel de la MLC présente la méthode…
www.nouvellescles.com Entrevue avec Guy CORNEAU au sujet de l ouvrage « LE MEILLEUR DE SOI »



Jean Paul PARENT
Consultant ressources Humaines, Coach
Hypnothérapeute certifié Ecole Française hypnose
MASTER Ressources Humaines

Relaxation et gestion du stress, Timidité, Difficultés relationnelles et affectives, Phobies, Changement, Troubles alimentaires, Ecriture et valorisation Histoires de Vie, Autohypnose …
REGION Nord-Pas-de-Calais
Courriel : jeanpaulparent@yahoo.fr
Mobile : 06 62 91 53 27

Vues : 155

Y répondre

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation