Qu'apporte la musique ?

  • De l'oreille intérieure et extérieure
  • Du corps
  • Des facultés intellectuelle
  • De l'aptitude à l'expression et à la communication

Elle apporte aussi la conscience de l'éthique, une certaine capacité au plaisir, une liberté personnelle de penser et d'agir.

 

Le statut de la musique dans l'enseignement

  • Inexistante à l'éducation nationale.

  • Exigeant la gratuité du geste et l'absence totale des moyens de coercition, elle s'oppose à l'éducation nationale avec une relation enseignant-enseigné qui doit dépasser le niveau des idées et des concepts.

  • Dans les écoles de musique où elle est basée

          * sur la compétition

          * la relation juge/jugé

Que proposer, que demander ?

  • Pas de méthode <Type>

  • Une ouverture des enseignants vers une plus grande recherche pédagogique et psychologique.

  • Une revalorisation de l'amateur : Un enseignement plus souple sans être démagogique, beaucoup plus personnalisé.

  • Une <charte> de l'enseignement musical.

LA PEDAGOGIE DE LA MUSIQUE :

UNE PEDAGOGIE DE LA VIE ? 

  • Une école de musique ne devrait pas être une usine à formation, mais au contraire une école où l'on apprend les éléments fondamentaux de la vie humaine (rappelons nous la  1ére partie) : Casals disait :

"On entre en musique comme on rentre en religion"

  • A une époque où le risque est grand de d'abandonner aux mirages d'une croissance et d'une religion des moyens, dans des sociétés appelées improprement "société de consommation", et qui sont des sociétés sans finalité, l'éducation esthétique doit permettre à chaque enfant de vivre en présence réelle, tous les actes créateurs du passé, de participer à la création continue de l'homme par l'homme en lui apprenant d'abord que l'art est une recherche et inventions des fins, que le grand art, à chaque époque, est celui qui substitue le possible au réel (Garaudy :Esthétique et Invention du futur).

  • L'éducation musicale est beaucoup plus qu'une éducation musicale : le geste musical étant fondé sur l'écoute (de soi, de l'autre, de la vie et du monde), sur la maîtrise de son propre schéma spatio-temporel, et sur la dépassement du quotidien qui conduit l'homme au delà de la condition du simple mortel.

  • La finalité de l'enseignement musical : un apprentissage de la démocratie dans son idéal : épanouissement à la fois de l'individu et du groupe dans la recherche d'une harmonie qui ne pourra jamais être vue sous l'angle d'un équilibre statique, mais sous celui d'un équilibre dynamique et dialectique".

MUSIQUE ET SPIRITUALITE

Ce qui rapproche la Vie et la Musique : la musique = l' art de la vie

  • La vie et la musique sont toutes deux des créations.

  • Au départ la Vie est création, qu'elle soit cosmique, humaine, animale ou végétale, et cette créature est en mouvement.

Le mouvement s'exprime par des rythmes :

  • Dans le temps et l'espace.

  • Rythmes des révolutions planétaires, de l'évolution des espèces, des cycles de vie, des saisons, des jours et des nuits.

  • Rythmes d'un coeur qui bat, de la respiration, d'une vie quotidienne.

          La musique elle aussi est mouvement et rythmes :

  • La musique a pris naissance dans le rythme. Il a suffit qu'un être humais se serve de ses propres mains ou d'un bâton et tape sur une objet de bois, de peau ou de métal pour qu'apparaisse la musique dans ses premiers rudiments.

  • Neuhaus disait que s'il existait une bible des musiciens, son début serait : <Au début était le rythme>.

  • Quelque surprenant que cela puisse paraître, une oeuvre musicale dépouillée de tous ses éléments autres que le rythme garde encore une force émotionnelle.

Le rythme est pulsation de vie

Un autre élément appartient à l'essence même de la vie et de la musique :

LA VOIX, LE CHANT

 

  • Le chant est également primordial dans la vie. Un enfant gazouille, utilise sa voix avant même de savoir parler.

  • La voix est l'élément le plus naturel qui nous est offert puisqu'il nous est donné avec la vie et fait partie de nous.

  • De la voix au chant, il n'y a qu'un pas à franchir pour que la musique nous habite.

  • Grâce au rythme et au chant, l'être le plus primitif d'une tribu échappant à toute civilisation peut donc faire de la musique (pensons aux chants pygmées, aux rythmes africains).

Pourquoi donc choisit-on d'être musicien ? 
Est-ce des motivations conscientes...

  • Sûrement pas toutes, n'oublions pas que l'artiste est un intuitif consciemment ou insconsciemment.
  • Mais au départ : son choix est dicté par la recherche de la beauté, par la quête gratuite de ce qui le dépasse et le situe face à la création.
  • Cette recherche de la beauté ne serait-elle pas tout simplement la marque d'une vocation, la vocation se situant au centre des motivations et engendrant les autres par rayonnement.

La musique devrait être (comme la médecine) vocation et non simplement métier ou profession. Elle demande un don de soi, une disponibilité, une abnégation qui sont  peu compatible avec une vie traditionnelle. Le grand Pablo Casal disait :

"On entre en musique comme en religion".

Mais, ce qui alimente cette vocation ressentie de prime abord comme un appel impérieux et irrésistible, c'est le désir de rencontre, d'entente et d'osmose.

En musique, c'est seulement lorsqu'il existe une rencontre humaine entre un compositeur et l'interprète, entre un interprète et le public, entre un professeur et son élève que naît la création ou recréation avec possibilité de la transmettre au monde.

Là encore quel parallèle entre la musique et la vie :

La vie d'un homme n'est elle pas succession de rencontre, la naissance d'un enfant, le don d'une vie au monde ; n'est elle pas la rencontre d'un homme et d'une femme.

Si le musicien vit la rencontre, il serai concerné aussi de servir le compositeur et le public.

Cette symbiose entre rencontre et service fait de l'interprète un véritable révélateur qui peut déclencher également chez l'auditeur, l'Autre, ce qu'il a de meilleur en lui et qu'il ignore parfois.

L'artiste peut aider certains à devenir ce qu'ils sont, à les révéler à eux-même.

Porteuse de conscience et d'éveil de lumière dépositrice d'un grand pouvoir humain et spirituel, la musique peut être conçue comme le sens même de la vie dans toutes ses formes d'expression terrestres ou sublimes.

C'est là que nous rejoignons une certaine définition d'une spiritualité active qui serait plutôt la mienne.

Quelque que soit son cheminement, cette spiritualité implique une rencontre avec l'essentiel en soi, une exploration intérieure, une écoute de ce qui s'exprime le moins. (donc une forte réceptivité), voire une rencontre avec l'inconnu et le connu, qui nous révélera la vie et la révélera aux autres.

"Au fond le musicien est toujours dans une attitude de quête spirituelle
et l'homme en quête spirituelle est un véritable musicien dans l'âme..."

Source : http://sab.pianiste.free.fr/ma%20pedagogie.htm

Vues : 175

Réponses à cette discussion

RSS

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation