Comment se défaire du regard réducteur de l’autre et s’aimer tel que l’on est ?

 

 
 
 

Il arrive que nous croisions un proche qui insiste sur le fait que nous avons « mauvaise mine » et voilà une journée gâchée ! On peut même se laisser influencer, contrôler dit-on en analyse, au point de se sentir patraque, ou même malade… On change de coupe de cheveux et il suffit que quelqu’un nous fasse comprendre, après avoir scruté longuement notre tête, qu’ « avant, c’était mieux », pour envisager de renoncer à aller à un vernissage prévu le soir même…

Il y a aussi les allusions dirigées faites au temps qui passe : «J’ai regardé les photos de nos vacances aux Canaries, il y a deux ans, tu étais davantage tout feu tout flamme »… Ô rage ! Ô désespoir ! Avec, en prime, ce sentiment d’impuissance devant des propos justifiables et rationalisables par l’agresseur le cas échéant, même s’il s’agit de subjectivité. Ces petites phrases assassines, reliées au regard lapidaire et acéré du dominant, génèrent de quoi se laisser complètement glisser vers l’échec. D’autant qu’au fond, l’inconscient, par instance de plaisir interposée, développe un certain pouvoir à démissionner aisément, c’est-à-dire à en profiter ! Et même si ces remarques, somme toute banales, apparaissent tout aussi anodines, elles englobent la nécessité d’une vigilance à mobiliser. Mais comment se met en place une telle permissivité qui conduit in fine à se laisser offenser ?

L’arbitrage filial
Nos pulsions primitives et instinctives subissent des modifications en raison d’une longue chaîne ancestrale qui fabrique, au fil du temps, une morale qui peut aller jusqu’à se psychorigidifier. Cette sorte d’arbitrage filial transforme de façon notable nos élans innés, obligeant très tôt l’être humain à entrer dans une sorte de moule commun. Cette uniformisation finira par engendrer ce que nous appelons des sentiments. Ce terme, à lui seul, donne à entendre comme un doute. Nos sentiments revêtent manifestement de l’incertitude et laissent volontiers planer un flou. Le sentiment se confond en quelque sorte avec la notion d’imprécision. Ainsi, lorsque nous sommes en proie à nos émotions, nos fantasmes vont bon train et, avec eux, une propension excessive et impérieuse à (mal) déclencher notre imaginaire. Des impulsions parano viennent se mêler à cette libido de nature défensive. Un sentiment d’insécurité s’installe qui perturbe sans exception tout relationnel. Le regard de l’autre déclenche alors une négation de soi, sans aucun réel fondement, si ce n’est des pulsions réactionnelles agressives que l’inconscient a tenu refoulées longtemps. Ceci afin de renvoyer à la filiation une image de soi aseptisée, conforme à une éducation idéale. L’angoisse s’engouffre dans cette brèche, entraînant des craintes de toutes sortes : peur de ne pas être à la hauteur, peur d’échouer, peur d’être abandonné, peur de décevoir, etc. C’est à ce point spécifique et déterminant de rupture avec soi-même que l’inconscient se sent obligé, forcé, de supporter toute forme de persécution. Ainsi l’avez-vous compris : le regard de l’autre n’est jamais que le plus terrifiant de nos fantasmes, c’est-à-dire croire qu’il est dangereux de quitter les limites douloureuses — celles qui ne nous conviennent pas — d’un schéma conservateur véhiculé depuis des décennies par nos aïeux. Ces répétitions éducatives familiales ignorent le temps qui passe et l’ensemble d’une société qui bouge. C’est ainsi que, seule, une adaptation à la réalité temporelle nous autorise à « vivre carpe diem ». Autrement formulé, se libérer du regard de l’autre consiste à évoluer ici et maintenant. Ce n’est qu’à cette condition que l’individu abandonne les chaînes ancestrales qui l’alourdissent, chaînes empêchant toute idée, toute créativité avant-gardiste.

Un atout pour s’accepter
S’aimer tel que l’on est consiste, déjà, à faire du présent le seul atout disponible pour s’accepter. Car le regard de l’autre ne correspond jamais qu’à une vision réductrice d’un tiers d’un autre temps. Preuve en est, toute personne négative à notre égard associe ses critiques, sans y prendre garde, à un rapport au temps passé. Sachant que toute critique est projective, la vision d’un être extérieur à soi, lorsqu’elle se fait castratrice, est nulle et non avenue. Se débarrasser de l’avis dévastateur d’un compère belliqueux revient à s’approprier ses réflexions désobligeantes comme autant de censures à apprivoiser.
Exemple :
- Mon mari me trouve ridicule lorsque je fais des vocalises et
m’appelle, ironiquement, « la Castafiore »
, me dit en consultation Sabine. Si la Castafiore de Hergé renvoie une image caricaturale, elle habite tout de même dans un château! Mener la vie de château me plairait bien, d’autant que la Castafiore porte de superbes bijoux. Mais « bijoux » me renvoie à parure, qui me renvoie à joaillier, qui me laisse entendre « joie hier »… Mais c’est bien sûr ! Si « joie hier », alors « peine aujourd’hui » et ça vaut la « peine » que je continue à chanter ; je suis dans la bonne direction et je vais même accélérer mes cours de chant...
Toute autoanalyse permet et offre une positivation de la critique de l’entourage qui, s’il peut donner l’apparence d’un poids supplémentaire, met aussi à disposition une interrogation possible. C’est pourquoi se détacher du regard de l’autre passe, quoi qu’il en soit, par la nécessité d’aimer ce que certains cherchent à nous faire authentifier tels des handicaps !

Chantal Calatayud*

*Pour en savoir plus, lire :
«S’aimer tel que l’on est» et «Accepter l’autre tel qu’il est»
Éditions Jouvence.

http://www.psychanalysemagazine.com/psycho-saimer-tel-que-lon-est-c...

Vues : 127

Commenter

Vous devez être membre de L'Unité pour ajouter des commentaires !

Rejoindre L'Unité

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation