Je vous souhaite le meilleur pour le passage de la porte de Samain !

BONNE ANNEE !

Mais non, je ne suis pas en avance !
Dans la tradition Celte, c'est maintenant, au temps de Samaïn, que l'on célèbre à la fois la fin de l'année écoulée, et la joie de l'année qui commence en ce jour : je vous adresse donc en cette occasion tous mes voeux de bien-être (bien naître ?) pour cette année...

"Mais pourquoi Isabelle se met à nous parler de fêtes celtes ?"
Tout simplement parce que la Celtie parle à mon coeur depuis mon plus jeune âge et que j'ai suivi une voie druidique pendant des années : j'ai toujours ressenti beaucoup de joie à célébrer le Cycle Annuel Octopartite et à en vivre les rituels permettant d'en conscientiser les enjeux et c'est depuis cette même joie que je partage avec vous aujourd'hui quelques éléments autour de la fête de Samaïn, qui marque le début du cycle annuel, dans la tradition celte.

Samaïn est une fête de fermeture de l'année écoulée, et d'ouverture de l'année à venir, c'est une charnière en dehors du temps. Comme toutes les sociétés archaïques, la société celtique était une structure très organisée où chacun connaissait sa place.

Mais les Celtes savaient que seule une rupture abolissant ordre et structure et permettant au chaos de régner pouvait rendre cet ordre psychologiquement confortable. C'était le rôle de Samaïn. Les trois jours de ce festival échappaient au temps et chacun y faisait ce qui lui plaisait : les hommes s'habillaient en femme et vice versa, les barrières des fermiers étaient démontées et jetées dans les fossés, les chevaux changés de prés, et les enfants visitaient les voisins en exigeant des cadeaux et des gâteries, une tradition qui survit de façon atténuée dans la fête de Halloween (contraction de "All hallows eve" : la veille de la Toussaint, le 31/10).

 Les Celtes comptaient le temps en partant de la nuit et en allant vers le jour, exprimant ainsi leur espoir dans l’évolution d’une conscience endormie vers une conscience éveillée. C’est pourquoi l’année celte commence avec une fête lunaire, au cœur de l’obscurité : c’est la fête de Samaïn, dont le nom signifie littéralement « la chute du soleil ».


Samaïn ouvre donc le premier quartier, avec une fête qui dure trois jours : les 31 octobre, 1er et 2 novembre. Samaïn est le « nouvel an » celte.


Au cours de ces trois jours, le 31 octobre est consacré à la célébration du "petit Peuple" (les fées, les lutins, les gnômes, etc.) : c'est le jour du renouvellement de l'alliance avec la Terre-Mère, à travers leurs énergies.


Le 1er novembre est le temps de la célébration des "Atrawon", les sages, les éveillés qui sont passés dans le Gwenved ("le Monde Blanc"), l'autre monde de la tradition Celte : c'est le temps de l'alliance avec le plan de la conscience éveillée, le "ciel".


Enfin le 2 novembre célèbre les "morts", ce terme ne désignant pas les défunts, mais les humains incarnés qui ne sont pas encore nés à la conscience de leur nature originelle, qui ne sont pas encore "éveillés" : c'est le temps de l'alliance avec soi-même, et de la reliance avec l'humanité.

Le mot-clef du quartier commençant avec la fête de Samaïn (qui va jusqu’à l’Alban Arthuan, le Solstice d’Hiver) est : "Transmutation"


Une phrase-clef pouvant nous synchroniser à l'énergie du temps de Samaïn est :
"En ce jour, je m’ouvre au renouveau en laissant partir l’ancien et en accueillant les changements inattendus qui me sont proposés par la Vie »

De tout coeur, je vous souhaite le meilleur pour le passage de la porte de Samain !

Isabelle Padovani
www.communification.eu

Vues : 15

Commenter

Vous devez être membre de L'Unité pour ajouter des commentaires !

Rejoindre L'Unité

Une aide pour vos activites ?

     Pour le développement de vos  

         activités, une plateforme  

        indispensable à découvrir  

Badge

Chargement en cours…

© 2017   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation