Le grand silence

Hier un petit blog sur les esprit de la nature m'a emmené vers un petit atoll au milieu du "pacifique un nom idyllique non?

Juste des oiseaux sans hommes magnifiques ancestraux nourrissant les petits dans les nidifications un éden quoi et puis au détour d'une image un photographe prenant des images des corps morts des oiseaux et dans le dessèchement des cadavres des dizaines de bouchons de plastiques dans leurs ventre et là les bébés nourrit de ces mêmes plastique mourant peu à peu.

Et d'un coup dans ma poitrine un grand déchirement un flot de larmes et juste ces mots pardon pardon qu'est qu'on a fait? 

je suis habituellement pas forcément très impliquée au plan écologique, je n'en suis pas fière mais c'est comme ça .Pourtant j'ai un jardin je met mes mains dans la terre toutes les semaines

Mais là  j'ai contemplé nos corps ce monde périssable et j'ai compris à quoi on s'identifiait.

 Je suis de MU au milieu du pacifique justement et toutes mes vieilles mémoires sont revenue là d'un coup. Tous ce petits arrangements avec nous-même depuis tant de temps, au fil des vies ...des mémoires réajustées

Et j'ai pleuré encore et encore sur l'amour perdu , les trahisons, l'abandon, tout ce chemin pour rien

et ce matin je me suis éveillée engourdie encore par tant de douleur et  j'ai juste pensé

J'abandonne je rend les armes à une bataille contre  laquelle je ne suis pas équipée, j'ai rien pour combattre cela j'ai cru que oui …mais non je suis nue… sans rien mon corps le sait lui qui ne demande rien au fond il connait la marche à suivre il n'a pas besoin de moi pour marcher droit... c'est ma pensée perdue qui lui impose ce qui devient la maladie  et tout ç et toutça

j'ai traversé les millénaires toujours en quête, j'ai usé mes yeux par tant de larmes et frôlé les abîmes emplit de peur. je me suis attachée et voulu que l'on soit attaché à moi en vain.

j'ai hurlé dans ma nuit qu'on vienne me délivrer, mais rien ..;

la sueur de la peur et du plaisir ont  mouillée ma peau , j 'ai erré longtemps dans les cercles de fer qui emprisonnaient mon esprit ...cette pensée du rien qui mène au vide 

J'ai offert mon Daïmon , à d'autres …j'ai tout donné tout offert mais l'autre ne peut pas accepter cela, qu'est-ce qu'il peut faire d'un tel trésor ….le mettre sur la cheminée, le regarder, le jeter parfois ..et oui

tant qu'on rêve…. qu'on est …et on rêve on rêve 

mais ce matin  j'ai vu les pensées me traverser encore et encore depuis quelques jours c'étaient comme un assaut presque final …sans discontinuité comme pour m'acculer, tu en veux encore tu aimes ta souffrance tu l'aimes hein…

Alors d'un seul coup j'ai accepté elles étaient là elles pouvaient me traverser, les pensées la souffrance tout . ..Immobile devant ce champs de ruine

 je les ai laissé glisser autour de moi , le long de moi, et moi j'étais impassible, mon corps était encore frémissant de tout le stress accumulé et j'ai regardé cela comme quelque chose qui ne m'appartenait pas; juste  a cet  endroit là j'était bien j'était rien … en paix

J'ai tant cherché  tant de connaissances accumulées  qui n'ont servi à rien un égo qui devenait peu à peu de plus en plus subtil  et vas y t'en veut de la reconnaissance artistique des réalisations …mais il n'y a rien à trouver rien à vendre rien juste le silence…improbable impalpable, et si tant là…

 enfin … Alors affectueusement  me suis regardée avec un grand sourire et une très belle femme intérieurement est venue me prendre dans ses bras elle m'a serré très fort

et j'ai dit enfin je t'ai retrouvé.

Agnès

Vues : 455

Commenter

Vous devez être membre de L'Unité pour ajouter des commentaires !

Rejoindre L'Unité

Commentaire de Laure le 10 septembre 2012 à 15:33

Merci Belle Ange de ce beau partage qui vient à point puisque je travaille actuellement sur la souffrance... Oups ... Un Ange passe

Commentaire de Brisemarine le 29 avril 2012 à 21:47

Merci de nous avoir partagé ce grand et merveilleux moment lors de notre rencontre ma chère Agnès ... un moment émouvant que tu nous as fait vivre avec une belle émotion ... ♥♥♥ c'est Beau ♥

Commentaire de Agnès.C le 29 avril 2012 à 21:31

on trinquera mardi 

Commentaire de Agnès.C le 29 avril 2012 à 17:40

je te rassure je suis bien sur terre ancrée mes racines plongent tranquillement nul anéantissement au contraire une présence à soi-même rayonnante avec le soleil en moi 

Commentaire de Agnès.C le 28 avril 2012 à 17:10

« Il y a eu ce moment où la grâce s’est installée. Elle prend toute la place. Cette présence ne demande rien, ne qualifie rien, se meut d’elle-même et ne retient rien. Elle est donc fraîche à chaque instant. Elle est la Grande Joie. » 

voilà les mots d'une femme sortie du rêve en 2008 je vous offre ses mots

les miens sont encore balbutiants pour décrire cette nouvelle réalité 

Ma nouvelle synchronicité m'a permis de la rencontrer hier soir et d'entendre son témoignage 

En octobre 2008... 

Betty s'est éveillée à la Réalité, ce vide vibrant où la personnalité est absente, là où rien ne commence et rien ne meurt. Née au Québec, elle y réside toujours.

Betty n’enseigne pas; nul besoin de chercher. Le grand rendez-vous est avec vous-même!

Être conscient de ne rien être et de ne rien savoir a foudroyé le désir d’exister de Betty, la laissant dans un perpétuel étonnement! Intemporelle et non individuelle, la Conscience ne subit pas de processus évolutif : Elle EST! C’est ce que nous sommes tous! Et c’est accessible, sans distance, sans délai. Bienvenue chez vous!

Commentaire de Agnès.C le 27 avril 2012 à 10:47

oui ma belle amie c'est bien cela et j'aime tes mots pour l'exprimer... tu le sais

le corps lui ne sait rien de nos folies intérieures il a son rythme son propre code pour avancer laissons le prendre du repos et émerger doucement comme une fleur de lotus enracinée laissons nous cet instant de grâce sans nous faire violence à vouloir changer ce monde et le forger à tout prix à l'image de notre rêve laissons glisser les rêves le long de nous et plus en nous sans identification

Commentaire de Agnès.C le 26 avril 2012 à 16:53

La grande Joie

Quelque chose s'est passé mais quoi ?

Il n'y a pas eu de feu d'artifice, ni même de lumière dans le ciel ou bien en moi, j'ai po vu les fusées voler

Rien à un petit détail … en une fraction d'un millième de seconde la souffrance avait disparue

totalement ….

c'est inexprimable avec les mots … car les mots sont encore une façon décalée d'exprimer ce qui est..

Et ce qui est ...c'est cette réalité je n'ai plus mal du tout …

pour bien y croire je retourne à l'endroit de la douleur de l'attachement ,la croyance, mais rien …il n'y a plus rien

Je me suis juste éveillée et ce matin et il y a juste la réalité …ce qui coule en moi

c'est si calme 

je partage avec vous ;; sentez comme l'air est  fraicheur sur nos joues

je n'ose y croire encore mais c'est ça la grande joie, mes amis 

il n'y rien et c'est cela qui est bien

Commentaire de perce neige le 26 avril 2012 à 15:57

tres etreinte par ton temoignage tres touchée en moi par tes mots perles de sueur et d' amour je te remercie pour m' avoir permis un réveil (je suis de nuit lol) aussi émouvant et comment ne pas rire de te trouver la marie paule toute de tendresse sagesse vetue alors je suis un une avec vous je vous rejoint dans l' amour pour cette re unification pour que souffrance ne soit plus qu' experience et reintegre le un a son tour nous sommes tous les rayons du meme soleil gerard intemporelle et toutes ces merveilleuses ames humaine facettes multiples du meme diamant nous pouvons bruler ou nourrir la vie merci mes amies

Commentaire de Intemporelle le 25 avril 2012 à 20:08

Bouleversée par ta traversée et l'aboutissement aimant de cette traversée... L'alignement vertical entre ton esprit ton coeur et tes émotions a permis cette étreinte...çà s'appelle entrer en contact avec sa Divinité  et le résultat est magnifique . Gratitude pour ton témoignage Agnès C

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation