Des profondeurs des vieux commentaires internet vient une autre histoire incroyable, une perle. Un  utilisateur a lancé un appel sincère en ligne :

« Mon ami vient de mourir. Je ne sais pas quoi faire. »

Le reste du message a été supprimé, il ne reste que le titre. Toutefois de nombreuses personnes ont répondu pour tenter de l’aider, et l’une des réponses était absolument incroyable. La réponse de cet homme pourrait bien changer votre façon d’aborder la vie et la mort.

Il pleurait la mort de son meilleur ami, jusqu’à ce qu’un vieil homme lui raconte ceci:

Je suis vieux. Ce qui signifie que j’ai survécu (jusqu’ici) et que beaucoup de gens que je connaissais et que j’aimais non.

J’ai perdu des amis, des meilleurs amis, des connaissances, des collègues, mes grands-parents, ma mère, des proches, des enseignants, des mentors, des étudiants, des voisins, et une foule d’autres personnes. Je n’ai pas d’enfants, et je ne peux pas imaginer la douleur que cela doit être de perdre un enfant. Mais voici ce que j’ai à dire.

J’aimerai pouvoir dire que l’on s’habitue à ce que les gens meurent. Mais je n’ai jamais su le faire. Je ne veux pas. Cela me brise le cœur chaque fois que quelqu’un que j’aime meurt, peu importe les circonstances. Mais je ne veux pas que cela n’ait « pas d’importance ». Je ne veux pas que ce soit simplement quelque chose qui se passe. Mes cicatrices sont la preuve de l’amour et de la relation que j’avais pour et avec cette personne. Et si la cicatrice est profonde, c’est qu’il y avait beaucoup d’amour. Ainsi soit-il.

Les cicatrices témoignent de la vie. Les cicatrices prouvent que je peux aimer profondément et vivre profondément en étant brisé, ou même anéanti, et que je peux guérir et continuer à vivre et à aimer. Et les cicatrices sont plus fortes que la chair d’origine ne l’a jamais été. Les cicatrices témoignent de la vie. Les cicatrices sont seulement laides pour les personnes qui ne peuvent pas voir.

Quant à la douleur, vous verrez qu’elle arrive par vagues. Lorsque le navire commence par faire naufrage, vous vous noyez, avez des débris tout autour de vous. Tout ce qui flotte autour de vous vous rappelle la beauté et la magnificence du navire qui était, et qui n’est plus. Et tout ce que vous pouvez faire, c’est flotter. Vous trouvez un morceau de l’épave et vous y accrochez pendant un certain temps. Peut-être que c’est quelque chose de physique. Peut-être que c’est un souvenir heureux ou une photographie. Peut-être que c’est une personne qui flotte aussi. Pendant un certain temps, tout ce que vous pouvez faire, c’est flotter. Rester en vie.

Au début, les vagues mesurent 30 mètres de haut et se brisent sur vous sans pitié. Elles arrivent à 10 secondes d’intervalle et ne vous laissent même pas le temps de reprendre votre souffle. Tout ce que vous pouvez faire, c’est vous accrocher et flotter. Après un certain temps, peut-être des semaines, peut-être des mois, vous trouverez que les vagues mesurent encore 30 mètres de haut, mais elles viendront plus espacées. Quand elles arrivent, elles vous écrasent encore et vous anéantissent. Mais entre les deux, vous pouvez respirer, vous pouvez fonctionner. Vous ne savez jamais ce qui va déclencher la douleur. Ça pourrait être une chanson, une image, une intersection, l’odeur d’une tasse de café. Ça peut être à peu près tout… et la vague vient s’écraser. Mais entre les deux, il y a la vie.

En fin de compte, et c’est différent pour tout le monde, vous trouvez que les vagues ne mesurent que 25 mètres de haut. Ou 15 mètres de haut. Et tandis qu’elles viennent encore, elles viennent plus espacées. Vous pouvez les voir venir. Un anniversaire, Noël… Vous pouvez les voir venir pour la plupart, et vous préparer. Et quand elle vous submerge, vous savez que de toute façon, vous sortirez de nouveau de l’autre côté. Trempé, pulvérisé, toujours accroché à un petit morceau de l’épave, mais  vous sortirez.

Croyez-en l’expérience d’un vieil homme. Les vagues ne cessent de venir, et quelque part vous ne les voulez pas vraiment.  Mais vous apprenez à leur survivre. Et d’autres vagues viendront. Et vous devrez aussi leur survivre.

Si vous êtes chanceux, vous aurez de nombreuses cicatrices de beaucoup d’amours. Et beaucoup de naufrages.

Avez-vous apprécié cette histoire sincère ? N’hésitez pas à la partager avec vos amis.

Source : Il pleurait la mort de son meilleur ami, jusqu’à ce qu’un vieil homme lui raconte ceci :

via /u/Gsnow

http://www.tickld.com/x/old-man-explains-death-and-life-to-grieving...


Texte partagé par les Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre

Vues : 144

Commenter

Vous devez être membre de L'Unité pour ajouter des commentaires !

Rejoindre L'Unité

Commentaire de Decottignies le 24 août 2018 à 20:41
Je parlais de purification de nos poisons mentaux (attachements et aversions)

Le Sage est Maître de ses étoiles

« Je récolte les fruits de mes actions passées, je sème les graines de mon futur...»

Nous sommes libres mais responsables des conséquences de nos actes, de nos paroles et de nos pensées. Si nous voulons connaître le bonheur, nous devons apprendre à semer les graines du bonheur.

« Nos pensées, nos paroles et nos actes sont le filet que nous jetons autour de nous »

Selon la loi d'attraction, nos décisions attirent les êtres et les situations nécessaires pour nous faire prendre conscience de ce que nous créons dans notre vie. Ces personnes et ces situations sont comme un miroir de ce qui se passe en nous.
Les circonstances extérieures sont donc un bon outil pour nous aider à être conscient de ce que nous créons.

Ce que nous avons fait, ce que nous faisons et ce que nous ferons est intimement lié et interdépendant mais il nous reste le choix, celui de prendre les meilleures décisions.

La loi de cause à effet (loi du karma) est une loi morale dans laquelle un effet est le résultat de multiples causes réunies à un moment donné.

Cette loi de causalité est ce qui conditionne notre existence. Cependant, tous ces conditionnements ne sont pas définitifs car nous avons une certaine part de liberté et quelles que soient les circonstances, il demeure toujours une possibilité de choix.

Il est très important de savoir que le karma se crée jour après jour suivant nos actions. Autrement dit le « destin » se change suivant nos actions. Quelle que soit la route que l’on choisit, certaines épreuves sont à vivre mais d’autres peuvent être évitées.

Quand nous avons une leçon à apprendre, la vie nous donne des signes et ces signes se manifestent par des circonstances, positives ou négatives. Ils nous permettent de comprendre notre vie pour orienter notre existence vers une évolution consciente et harmonieuse.

Les obstacles en travers de votre chemin peuvent devenir des portes ouvertes sur de nouveaux commencements.

Rôle du soleil et des planètes

Le soleil et les planètes jouent un rôle de distributeurs ou d'intermédiaires dans le reflux karmique (causes et effets) par l’intermédiaire de nos centres énergétiques (chakras)

Le karma est le moyen pédagogique par lequel la loi de rétribution nous fait vivre dans les suites de nos pensées, de nos paroles et de nos actions.

Chaque jour, nous récoltons ainsi ce que nous avons semé et nous formons en même temps les conditions agréables ou désagréables dans lesquelles nous aurons à vivre.

Lorsque nous aurons rendu à la matière notre enveloppe physique, nous serons aussitôt attirés par le plan auquel nous appartenons par nos aspirations et nos orientations...

Pour que tout s'enchaîne logiquement, il faut ajouter le principe de la réincarnation, c'est-à-dire la possibilité de multiples stages terrestres en vue du perfectionnement de l'esprit au travers de la matière...

Le rôle des astres est neutre et objectif. Ils ne créent rien et ne décident rien. Leurs énergies poussent l'être humain à se défendre et à mobiliser ses forces pour faire face à sa vie.

Le but étant d'assumer courageusement son passé, être prêt à reconnaître ses défauts, à combler ses lacunes et à se forger ainsi un avenir lumineux.

***

En résumé, nous sommes face à une carte routière. Plusieurs itinéraires sont à notre disposition (libre-arbitre) avec des trajets plus ou moins difficiles et ardus.

C'est à nous de choisir le futur que nous souhaitons.

« La vie de chaque homme est le résultat de sa vie précédente ; les actions mauvaises de jadis produisent des chagrins et des douleurs, les bonnes actions de jadis engendrent le bonheur.Telle est la doctrine de karma.» La Lumière de l'Asie
Commentaire de Juliette le 24 août 2018 à 20:04

Le bien et le mal sont le recto et le verso fonctionnant ensemble  . Plutôt qu'une purification je préfère dire une prise de conscience du côté où l'on penche . S'observer ainsi  dans l'instant... 

Commentaire de Decottignies le 24 août 2018 à 16:27

Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle mais des êtres spirituels vivant une expérience humaine.

La vie ne s'arrête pas avec la mort du corps et les épreuves ne durent pas.

Un esprit suffisamment évolué, purifié, n'aura plus besoin de la dimension de la matière et donc, d'un corps de chair pour continuer son évolution vers la lumière à moins qu'elle choisisse consciemment de se réincarner pour aider l'humanité (avatar)

Pour les êtres moins évoluées, tout le mal qu'ils n'auront pas réussi à purifier (regrets sincères, changement de mentalité : métanoïa) sera expié après la mort du corps par un processus de purification de l'âme (purgation) qui est plus ou moins long selon le mal qu'elles auront fait dans leur existence terrestre. Puis, elles devront parfois revenir dans un nouveau corps de chair afin de continuer à s'améliorer.

Nous avons donc la possibilité, d'incarnation en incarnation, de nous améliorer afin d'incarner notre propre divinité et d'évoluer vers toujours plus d'amour et de lumière.

Commentaire de Juliette le 23 août 2018 à 13:26

Dur dur quand même !! Je ne suis pas sûre que l'apologie de la souffrance soit la meilleure façon de vivre. On peut vivre autrement non ? Je me dis que cette posture, elle est juste poétique mais non enviable

© 2018   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation