Que va nous amener le percement du voile de l’oubli ?

Que va nous amener le percement du voile de l’oubli ?

Nous savons tous que tout pré-humain qui naît en ce monde se voit automatiquement recouvert par le voile de l’oubli. Ce serait comme si les rideaux du théâtre se refermaient sur nous quand nous entrons sur scène, passant ainsi du côté spectateur au côté acteur ne sachant plus pourquoi exactement il est venu.

Ce n’est que, lorsque après plein de tentatives, un coin du voile se lève-transperce furtivement, que nous découvrons qu’il fait bien sombre du côté de chez nous alors que la lumière semble briller de mille feux de l’autre côté. Souvent, ces rais de lumière, ces illuminations, nous amènent à croire que nous avons eu une expérience “spirituelle”.

Les rideaux du théâtre sont lourds et bien épais au point que l’on est incapable d’entendre les applaudissements et le ravissement des spectateurs. En effet, eux, ils nous voient comme si nous regardions la nuit à l’intérieur d’une maison allumée. Ils voient absolument tout, alors que les habitants quand ils regardent dehors ne voient que du noir et leur propre image…

Tout semble inversé. On voit qu’il fait jour alors qu’en fait nous sommes dans la nuit. On pense être en vie alors qu’en fait on est quasiment à l’article de la mort. On pense qu’après la mort il n’y a rien alors qu’il y a tout. On pense que notre Soleil est un cracheur de Lumière alors que vu de l’autre côté il est un point sombre.

On pense qu’un trou noir est un trou de la mort alors qu’en fait il est la vie. Aucune galaxie n’existerait si en son centre il n’y avait pas un trou noir pour l’alimenter. On pense être né du hasard alors que c’est tout le contraire. On pense que notre vie est aléatoire alors qu’en fait un chemin est déjà tracé. On pense être évolué, intelligent en tant qu’espèce, et pourtant nous nous auto-détruisons en détruisant la planète sur laquelle on vit.

On pense vouloir sauver son âme alors que rien ne peut être perdu ou corrompu. On pense n’être pas grand chose dans l’univers alors qu’en fait, on est l’UN en action. On pense ne pas mériter grand chose alors que l’on nous regarde comme des Dieux. On pense que les divinités sont à l’extérieur de nous et dans le Ciel, alors qu’elles sont en nous dans chacun de nos atomes.

C’est sûr que tant que les rideaux du théâtre ne s’ouvriront pas, on restera bien loin de toute la vraie vérité. Cependant, chaque cycle évolutif est comme un acte qui sera régulièrement coupé par une pause, un entracte. C’est seulement quand les trois coups de bâton sur le plancher résonneront que nous serons dans le dernier acte et donc la fin de la pièce.

Ces trois coups ont déjà été donnés et la pièce évolutive de la dualité tire à sa fin. On sent que les rideaux vont se lever et qu’il va falloir accepter inconditionnellement ce que nous sommes. En effet, après ces milliers d’années, notre personnage s’est recouvert d’oripeaux vibratoires divers et variés qui seront alors à la vue de tous.

Voici pourquoi il est si important d’accepter tous les morceaux qui nous composent même s’ils semblent incompatibles entre eux. Nous avons été autant bourreau que décapité, autant royal que manant, autant honnête que voleur, autant misérable que riche, autant homme macho que femme fatale, autant vieillard que mort-né, autant ascète que débauché, autant malade qu’en pleine forme, autant beau que laid…

Oui, le percement du voile de l’oubli c’est d’abord et avant tout avoir à réunifier tous les “soi” que nous avons été afin que ces particules misérables que nous pensons être montrent qu’elles appartenaient toutes à la même entité, au même acteur qui s’est incarné des milliers de fois afin d’être prêt le jour de la représentation finale.

C’est sûr que les dernières minutes que nous vivons actuellement sont le clou du spectacle, le clou de la victoire pour des myriades d’entités venus expérimenter le théâtre de la dualité, le théâtre de la séparation, le théâtre de la compétition, le théâtre de l’ égo, le théâtre où tout est possible, même celui d’avoir oublié notre propre divinité.

Alors, que va-t-il se passer quand le rideau commencera à s’ouvrir ? Comment allons-nous réagir devant le basculement total de toutes nos références et valeurs ? Comme le ver de terre, le pré-humain d’ Urantia va-t-il se recroqueviller devant la lumière et la chaleur des applaudissements ? Là est en fait toute la question car chacun, inconsciemment pour la majorité, nous savons que l’heure a sonné.

En effet quand la véritable lumière viendra frapper nos carcasses et les différents corps y habitant, chaque déséquilibre fera qu’il y aura comme une contraction à l’image d’une canette vide en aluminium se replie sur elle-même dès que l’on fait le vide en elle. Oui, on commence déjà à ressentir les froissures annonçant un pliage de tôle en règle…

Oui, vous pouvez comprendre pourquoi notre corps physique se retrouve actuellement autant au travail. Il est assailli de toute part par les nouvelles énergies qui sont nettement plus énergétiques que celle que nous avons l’habitude de recevoir. C’est la raison pour laquelle il nous faut abandonner la structure carbone pour une structure cristalline plus costaude.

C’est clair que ceux qui se trouvent au 1er rang sont les premiers à tout ramasser et, à leur manière, ils font comme un léger écran de protection à ceux qui sont derrière. En quelque sorte, ils les protègent mais pas pour bien longtemps car le jour se lève et ils ne pourront rien faire quand le soleil sera suffisamment haut dans le ciel.

Ils semblent être des guides sur le chemin, pas des guides qui enferment dans des enseignements mais des guides qui offrent un certain réconfort grâce à leur capacité à regarder ce qui vient avec légèreté, joie et enthousiasme. Certes, eux aussi sont soumis aux mêmes impératifs du pliage de tôle, aux mêmes contraintes physiques et autres, mais leur détermination à regarder ce qui EST semble comme plus forte que la normale.

En ce sens, par leur état d’être, et surtout la meilleure vision qu’ils ont en étant au 1er rang fait qu’ils peuvent transmettre en montrant l’exemple. Ainsi à chaque fois qu’ils arrivent à reconnecter des parties “opposées et complémentaires” en eux, des fragments de soi divorcés, ils arrivent à mieux décompresser afin que leur matière retrouve toutes ses qualités d’élasticité.

Ils deviennent plus fluides intérieurement et face aux évènements. Ils deviennent plus transparents tout en conservant leur intégrité. Ils deviennent plus humbles quand ils voient l’étendue infinie de la connaissance. Ils deviennent plus authentiques car ils savent que faire UN avec ce que l’on EST véritablement donne de meilleurs résultats que d’essayer de montrer quelque chose.

Ils deviennent aussi plus philosophes, moins sérieux, plus rieurs car ils ont compris que face à la lumière véritable, la lumière authentique, on ne résistera pas bien longtemps pour être mis à jour. Tous les secrets se révéleront tôt ou tard au même titre que toutes nos angoisses, toutes nos peurs, toutes nos frustrations, tous nos ressentiments. Rien ne restera caché car nous ne jouerons plus dans la pénombre.

C’est la raison pour laquelle il est bon de commencer maintenant à accepter la moindre particule de nous-même pour ce qu’elle est en abandonnant toute forme de jugement. Ces particules ne sont pas seulement faites de matière car pour chaque corps il existe comme des rassemblements, des égrégores. Il est donc l’heure du rassemblement final et non de l’épuration finale.

En effet, c’est seulement quand on est encore dans la dualité que l’on pense purification. On veut alors choisir un camp au détriment d’un autre. On veut se blanchir en virant les noirceurs. Cela fut vrai pendant que l’on jouait dans la nuit, mais maintenant le jour se lève et les volets commencent à émettre comme des rais de lumière qui traversent notre ambiance poussiéreuse.

Il est donc l’heure que nos habitants intérieurs se regroupent, fassent la paix et se rassemblent en Unité. La conscience de l’UN, la conscience de la loi UNE, doit amener tous les participant à la conscience de l’Unité. Ce n’est qu’alors que le rideau pourra enfin complètement s’ouvrir afin que les acteurs rentrent en résonance avec tous les spectateurs.

Ces spectateurs sont tous nos Soi Supérieur qui fond UN, comme un public fait UN quand il regarde la scène où justement là chacun essaie de se la jouer solo dans sa partition, dans son rôle qui lui a été donné. Ce n’est seulement qu’à la fin que tous les acteurs se tiennent la main avec des sourires grands comme ça et tous sur la même ligne, celle du 1er rang.

A ce stade, que ce soit l’acteur principal ou celui qui n’a tenu qu’un tout petit rôle, ils sont tous égaux et aucun ne recevra plus d’applaudissements que les autres. Le public applaudit pour tous car le spectacle en lui-même n’était en fait qu’UN.

Alors, pourquoi est-il nécessaire de passer par le voile de l’oubli pour aller jouer sur scène ? La réponse est simple : si vous saviez tout ce qui se passe en réalité parce que les rideaux sont ouverts, vous ne pourriez pas expérimenter les vraies valeurs du théâtre de la dualité. En effet, seul le théâtre de la dualité apporte le voile de l’oubli et c’est la raison pour laquelle qu’en 5D le processus de réincarnation n’existera plus.

Nous passerons d’un corps physique à un autre sans perdre un iota de toute notre vie antérieure. Ce sera comme jouer sur la scène en voyant le public répondre à nos âneries, mimiques ou autres. On sera alors totalement en phase avec l’icité car toute zone à risque aura été détectée bien avant que vous y mettiez les pieds.

En effet, le voile de l’oubli, parce que justement nous ne savons rien de ce qui nous attend, nous demande d’encaisser les choses en temps réel et ensuite de voir comment on y répond véritablement. Certains traineront un évènement pendant toute leur vie tandis que d’autres l’auront oublié quelque temps après.

Oui, le voile de l’oubli est l’outil de la dualité qui saura faire que chacun sera en face de lui-même, en face de ses décisions, en face de ses responsabilités immédiates. Il apprendra alors ce que voudra dire mentir tout comme dire la vérité. Il en comprendra la portée car il en assumera le poids dans son vécu et c’est cela l’expérimentation. En quelque sorte, c’est l’étape du feu.

Une fois celle-ci passée (après l’Ascension), il n’y aura plus cette espèce d’aveuglement et tout deviendra comme cool, cotonneux et bon enfant. On vivra notre icité en rigolant, en faisant des blagues respectueuses, car d’une certaine manière la mort ne fera plus partie de notre paysage tout comme la maladie et les souffrances. Alors, qu’on passe 500.000 ans ou 2.000 ans pour passer d’un stade d’évolution à un autre, on s’en foutra royalement tout bonnement.

Dit autrement, l’épaisseur de votre voile de l’oubli est directement proportionnel à votre capacité à relativiser les choses, et donc à reconnecter tous les morceaux que vous avez séparé pendant toutes vos réincarnations. Si vous pensez toujours que votre karma vous pèse, alors le rideau sera toujours épais tandis que si vous balancez votre karma par dessus bord, votre rideau deviendra un voilage.

C’est ça lâcher prise, c’est ça l’action de tout balancer de ce qui alourdit votre nacelle. Alors si vous faites ça en plus avec le sourire et dans la bonne humeur, vous verrez que votre vie deviendra un louange à la légèreté de l’être, une ode à la joie. C’est vrai que balancer toute la garde-robe de tous nos rôles peut nous mettre le bourdon, mais on s’en fout puisque nous allons changer de théâtre !

Le voile de l’oubli est là pour nous faire connaitre le monde, l’univers tout en nous demandant d’apprendre à accepter, à encaisser pour enfin pardonner. Il est là pour nous faire découvrir la joie d’être en équilibre dans nos polarités tout en nous faisant découvrir l’ineffable joie de s’ouvrir à notre “Soi”, qu’il soit inférieur ou supérieur.

Ainsi, par nos efforts répétés pour vivre l’UN et mettre la loi de l’UN en action dans notre icité,  nous ne faisons que rentrer à la maison par le lever du voile de l’oubli. Alors qu’est-ce que cela va-t-il nous apporter au final ? On rentre au bercail tout simplement !

Laurent Dureau

Sources :

http://www.urantia-gaia.info/2012/03/02/que-va-nous-amener-le-perce...

Vues : 1668

Commenter

Vous devez être membre de L'Unité pour ajouter des commentaires !

Rejoindre L'Unité

Commentaire de greentea le 17 décembre 2014 à 17:40
Commentaire de CATHY FROMENT le 14 décembre 2014 à 0:24

@ Jean-Yves (et celles/ceux qui pourraient être intéressés)

L'histoire du doigt posé par l'ange sur la bouche du nouveau-né est jolie. Et tous les possibles sont !
Les explications/enseignements que nous ont transmis nos anciens ont toujours une origine, qu'il s'agisse de culture ancestrale, écritures, légende ou histoire vraie... 

Ce que la science/médecine dit 

Le philtrum (du grec ancien φίλτρον /phíltroncharme ») dérivé de φιλεῖν / phileînaimer ; embrasser ») est la fossette située au milieu de la lèvre supérieure des humains. Cette fossette est un vestige de la fente qui, chez les mammifères qui possèdent un rhinarium (truffe), va du milieu des narines jusqu'au milieu de la lèvre supérieure. L'homme partage cette caractéristique avec les autres haplorrhiniens.

* * *
* *
*

Chut ...

 

Talmud de Babylone traité Nida 30 b

« Une lampe brûle au-dessus de la tête [de l’embryon], et il contemple le monde d’une extrémité à l’autre, comme il est dit (Job 29,3) : ‘Quand sa lampe brillait sur ma tête et que sa lumière me guidait dans les ténèbres.’ […] Il n’est pas de séjour plus heureux pour l’homme, comme il est dit (Ibid.2) : ‘Que ne puis-je être comme aux mois du passé, aux jours où Dieu me gardait.’ Quelle est la période qui se compte en mois et non en années, c’est la grossesse. Toute la Torah est enseignée à l’embryon, comme il est dit : ‘Il m’instruisait alors et me disait, que ton coeur retienne mes paroles et tu vivras.[…] Dès que l’enfant vient au monde un ange s’approche de lui et lui donne un coup sur la bouche, ce qui lui fait oublier la Tora toute entière, comme il est dit (Genèse 4,7) ‘Le péché est tapi sur le seuil etc.’ »

(Source : http://letalmud.blogspot.fr/2010/01/quand-le-foetus-sait.html)

* * *

Avant sa naissance, dit le Talmud, l'homme est un pur esprit et sait tout ; mais au moment où il voit le jour, un ange lui met un doigt sur le bouche et il oublie la Torah.
La petite rigole que nous avons entre le nez et la bouche est la trace du doigt que l'ange posa sur notre lèvre de nourrisson pour que nous taisions les secrets divins - et qui nous les fit oublier ...

Talmud : Nida (16 a, par. 30 b)
Traité nida du Talmud de Babylone : traite des règles de pureté, en particulier féminines mais aussi de la filiation.
Le Talmud traité de Nida nous dit que le fœtus dans le ventre de sa mère a une lumière sur la tête. Grâce à cette lumière, il peut voir du début jusqu'à la fin du monde, et toute la Torah lui est enseignée. Au moment de la naissance, vient un ange qui fait oublier au bébé toute la Torah.

Plusieurs questions se posent sur cette approche du texte talmudique :
- Pourquoi le fœtus a-t-il ce privilège d'avoir cette lumière qu'un adulte n'a pas en général ?
- Comment un fœtus peut-il apprendre toute la Torah ?
- Pourquoi fait-on oublier la Torah au bébé lors de sa naissance ?

Pour répondre à ces questions, il faut tout d'abord savoir que dans la tradition des cabalistes juifs, l'âme d'un juif est une parcelle de lumière divine, et que la Torah est également la lumière divine. Donc, l'âme de chaque juif est assimilée à la connaissance de la Torah. Le seul problème est qu'il n'y a pas de communication entre l'âme et le corps car autour de l'âme il y a une enveloppe appelée « ange du mal » ou encore « l'autre côté » qui se trouve dans chaque individu. Mais le Talmud traité Bera'hot nous enseigne que l'ange du mal ne pénètre l'individu qu'à la naissance et non pas au moment de la conception.

Par ailleurs, les cabalistes nous enseignent que chez le fœtus, l'âme est essentiellement au-dessus de sa tête et non pas dans le corps. Grâce à cela, on comprend le Talmud traité Nida : que chez le fœtus l'âme peut communiquer avec le corps puisque « l'ange du mal » n'est pas présent autour de l'âme, et que la lumière qui permet de voir du début jusqu'à la fin du monde c'est l'âme du fœtus qui est une partie de la lumière divine. Cette même lumière est la connaissance de la Torah. Dès qu'il reçoit son âme (au moment de la conception), il aurait accès à la Torah, et au moment de la naissance, « l'ange du mal » rentre dans l'enfant, et c'est pour cela qu'il oublie la Torah.

Alors, voilà donc notre travail : Si pendant sa vie, un homme arrive à changer l'ange du mal en ange du bien, son âme lui permettra de voir du début du monde jusqu'à la fin, et également de connaître toute la Torah. Comme le signale le Midrash, de façon symbolique, ce fut le cas d'Abraham, qui connaissait la Torah sans que personne ne lui ait enseigné. Ce fut aussi le cas du peuple d'Israël lorsqu'il arriva devant le Mont Sinaï, et s'il n'avait pas fait la faute du veau d'or il serait resté ainsi. Ce fut le cas de Rabbi Meir, à propos duquel le Talmud traité Erouvine nous dit que le nom Meir n'est pas son nom original, mais le nom qui lui a été donné pas les rabbis de sa génération car il a éclairé le peuple d'Israël par sa Torah.

(Source : http://www.seraphim-marc-elie.fr/article-7344829.html)

* * *
* *
*

Il existe une légende... qui raconte que le nouveau né entrant dans la lumière, porterait encore en lui tous les mystères de la création.

Il resterait pour quelques secondes relié à l'énergie cosmique universelle, serait doté de la sagesse des plus grands philosophes, la mémoire génétique et ancestrale des expériences passées, le don de divination de l'avenir, le pouvoir infini de création de la beauté et de l'harmonie.

Cette légende dit qu'à cet instant-là, l'ange appuierait de son doigt sur la bouche du nourrisson, en lui disant : 

« Chut… »

effaçant ainsi cette conscience mais permettant à ses poumons de s'emplir d'air, faisant de lui un être innocent.

Ce serait pourquoi nous présentons tous un petit creux au-dessus de la lèvre supérieure, signe de l'empreinte de l'ange.

Nous serions ainsi inconsciemment à la recherche de cette mémoire, de ce trésor caché pourtant présent à l'intérieur de nous. Certains plus que d'autres ont trouvé l'accès à cette partie recélant notre part de rêve, de désir de paix, d'amour et de partage.

Certains plus que d'autres sont capables d'empathie, de communication profonde avec les autres, de dons créatifs, d'inspiration, de ressentir cette exaltation à l'écoute d'une musique magistrale ou à la contemplation d'une œuvre de maître ou d'un coucher de soleil explosant de couleurs.

Certains ont conservé intacte, malgré les vicissitudes de la vie, leur capacité d'émerveillement et restent sensibles à la magie d'un instant, sachant d'un rien inventer tout un monde.

En ces temps de fête générale où la société nous « demande » plus que jamais de consommer des paillettes et des paquets cadeaux, pourquoi ne nous ferions-nous pas celui-là ?

S'offrir un instant de magie, pour soi, pour son entourage, pour les gens que nous aimons et que nous avons choisis.

Tous autant que nous sommes, nous portons sur notre visage l'empreinte de ce que nous pourrions faire de notre vie : un instant, retrouvons cette mémoire cachée, réapprenons à activer ce lien avec la beauté et l'harmonie.

Et si vous trouvez une plume par terre, demandez-vous d'où elle peut bien venir…

(Source : http://www.revelactions.fr/Newsletter21.htm)

Commentaire de CATHY FROMENT le 13 décembre 2014 à 23:53

@ Jacqueline

En effet, nous sommes tous liés, reliés, inter-connectés par des fils/ondes/énergies/fréquences/vibrations invisibles...

"Tout ce que je fais te touche, tout ce que je fais te touche..." 

y compris entre tous les divers règnes ici-bas...et ailleurs...

Merci Jacqueline pour le partage de ton vécu depuis plusieurs mois. Entre deux " passages à l'essoreuse ", la paix et la sérénité intérieure s'installent, peu à peu, de + en +...

Ah oui, quelle aventure ! On continue !

Commentaire de Jean-Yves le 13 décembre 2014 à 19:52

Quand j'étais gamin on me disais que c'était l'Ange du silence qui nous avait fait tout oublié. D'ailleurs on a la trace de son doigt sous le nez! Alors c'est donc vrai!? (rire)

Je communie totalement à ce texte.

Commentaire de Anne le 12 décembre 2014 à 16:34

theatre

 

Commentaire de CATHY FROMENT le 12 décembre 2014 à 14:55

Hé oui, Anne, dans la densité, la vie est un immense théâtre, une vaste comédie dans laquelle nous sommes tous les acteurs qui jouons nos rôles respectifs, plus ou moins bien, à tour de rôle et simultanément. 

La Vie est un grand jeu (Je), alors jouons, jouons bien et mieux !

Enlevons nos masques et libérons nous de nos carcans & scénarios imposés/subis depuis des lustres. 

A nous de choisir de nouveaux scripts, à nous de les créer autres...

Commentaire de Anne le 12 décembre 2014 à 12:28

Défroissons le climat! avec ce texte génial qui dit TOUT. Merci Santorine.

Merci Laurent Dureau pour cette super synthèse symbolique et Réelle.

Nous sommes dans le THÉÂTRE ET NOUS POUVONS CHOISIR LES RÔLES.

Commentaire de CATHY FROMENT le 12 décembre 2014 à 12:05

@ Patrice :

Oui, mieux vaut en rire 

puisque nous savons/avons compris qu'à la suite de ce(s) passage(s),  ce(s) re-modelage(s)  

" les froissures annonçant un pliage de tôle en règle…"

tôt ou tard, notre " auto-mobile " ressortira plus resplendissante et "roulera" encore mieux qu' "avant "

Nous sommes en train de nous libérer de nos vieilles chaînes et de guérir de nos blessures...

On continue !

Commentaire de CATHY FROMENT le 12 décembre 2014 à 11:22

@ Juliette

Merci Juliette pour le partage de ton vécu depuis ces 6 derniers mois. En effet, particulièrement cette année, et de + en +,  nous sommes nombreux à avoir vécu (et vivre encore) cette impression de passer, encore et encore,  "à l'essoreuse". Que de manifestations physiques  et chamboulements intérieurs & extérieurs (dans nos vies) !

d'où cette sensation de "tôle froissée" et épuisement intérieur.

Toutes nos expériences, aussi étranges ou difficiles soient-elles, ne sont pas dues au hasard : elles nous sont données dans un but. Prenons le temps de chercher ce but... sans relâche, même si parfois ce cheminement ressemble plus à un "parcours du combattant" qu'à un long fleuve tranquille.

Bien-venue au club !

Commentaire de Patrice le 12 décembre 2014 à 10:52

Et Plus encore.

Activité la plus récente

Canari est désormais membre de L'Unité
Il y a 6 heures
Événement publié par Tanguera
Miniature

La danse pour les Nuls à Salle des Lentisques

19 octobre 2019 de 15:30 à 16:30
Il y a 6 heures
Événement publié par corinne du sud
Miniature

Atelier danse Initiatique avec Annick Fiere à ollouiles

20 octobre 2019 de 9 à 13
Il y a 6 heures
Événement mis à jour par corinne du sud
Miniature

Soin de groupe "Orgasmie cellulaireRESTE 2 PLACES à Carqueiranne

16 octobre 2019 de 19:45 à 21:30
Mardi

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation