voici un chapitre du livre le manuscrit retrouvé paru aujour dhui

Parle-nous de la solitude », demanda
une jeune fille qui était sur le point de se
marier avec le fils de l'un des hommes les
plus riches de la ville et qui maintenant était
obligée de fuir

Et il répondit :
Sans la solitude, l'Amour ne restera pas très longtemps
à tes côtés.
Parce que l'Amour a aussi besoin de repos, pour
pouvoir voyager dans les deux et se manifester sous
d'autres formes.
Sans la solitude, aucune plante ou animal ne survit,
aucune terre n'est fertile très longtemps, aucun
enfant ne peut apprendre la vie, aucun artiste ne
peut créer, aucun travail ne peut grandir et se transformer.
La solitude n'est pas l'absence de l'Amour, mais
son complément.
La solitude n'est pas l'absence de compagnie, mais
le moment où notre âme est libre de converser avec
nous et de nous aider à décider de nos vies.
Alors, que soient bénis ceux qui ne redoutent pas
la solitude. Qui n'ont pas peur de se tenir compagnie,
qui ne cherchent pas désespérément une
occupation ou un amusement, ou quelque chose à
juger.

Parce que celui qui n'est jamais seul ne se connaît
plus lui-même.
Et celui qui ne se connaît pas se met à redouter
le vide.
Mais le vide n'existe pas. Un monde immense se
cache dans notre âme, attendant d'être découvert. Il
est là, avec sa force intacte, mais il est tellement
nouveau et tellement puissant que nous avons peur
d'en accepter l'existence.
Parce que le fait de découvrir qui nous sommes
nous oblige à accepter que nous pouvons aller beaucoup
plus loin que nous n'en avons l'habitude. Et
cela nous effraie. Mieux vaut ne pas prendre tous ces
risques, puisque nous pouvons toujours dire : « Je
n'ai pas fait ce que j'aurais dû parce qu'on ne m'a
pas laissé faire. »
C'est plus confortable. C'est plus sûr. Et, en
même temps, c'est renoncer à la vie même.
Malheur à ceux qui préfèrent passer leur vie à
dire : « Je n'ai pas eu l'occasion ! »
Parce que jour après jour ils ont coulé un peu plus
dans le puits de leurs propres limites, et le moment
viendra où ils n'auront plus de forces pour s'en
échapper et retrouver la lumière qui brille par
l'ouverture au-dessus de leur tête.
Et bénis soient ceux qui disent : « Je n'ai pas le
courage. »
Parce que ceux-là comprennent que ce n'est pas
la faute des autres. Et tôt ou tard ils trouveront
la foi nécessaire pour affronter la solitude et ses
mystères.

Et pour ceux qui ne se laissent pas effrayer par la
solitude qui révèle les mystères, tout aura un goût
différent.
Dans la solitude, ils découvriront l'amour qui
pourrait arriver sans qu'on l'aperçoive. Dans la solitude,
ils comprendront et respecteront l'amour qui
est parti.
Dans la solitude, ils sauront décider s'il vaut la peine
de lui demander de revenir, ou s'ils devront permettre
à l'un et l'autre de suivre un nouveau chemin.
Dans la solitude, ils apprendront que dire « non »
n'est pas toujours un manque de générosité, et que
dire « oui » n'est pas toujours une vertu.
Et que ceux qui sont seuls en ce moment ne se
laissent jamais effrayer par les mots du démon, qui
dit : « Tu perds du temps. »
Ou par les mots, encore plus puissants, du chef
des démons : « Tu ne comptes pour personne. »
L'Énergie Divine nous écoute quand nous parlons
avec les autres, mais elle nous écoute aussi quand
nous sommes tranquilles, silencieux, acceptant la
solitude comme une bénédiction.
Et à ce moment-là, Sa lumière éclaire tout ce qui
est autour de nous et nous fait voir à quel point nous
sommes nécessaires, combien notre présence sur
Terre fait une immense différence pour Son travail.
Et quand nous parvenons à cette harmonie, nous
recevons plus que nous n'avons demandé.
Et à ceux qui se sentent opprimés par la solitude,
il faut rappeler ceci : dans les moments les plus
importants de la vie, nous serons toujours seuls.
Comme l'enfant sortant du ventre de la femme :
quel que soit le nombre de personnes qui sont
autour de lui, c'est à lui que revient la décision finale
de vivre.
Comme l'artiste devant son oeuvre : pour que son
travail soit vraiment bon, il doit être tranquille et
n'écouter que la langue des anges.
Comme nous nous trouverons un jour devant la
mort, l'Indésirable : nous serons seuls au moment le
plus important et le plus redouté de notre existence.
De même que l'Amour est la condition divine, la
solitude est la condition humaine. Et ils vivent tous
les deux ensemble sans conflit pour ceux qui comprennent
le miracle de la vie.

Vues : 1325

Commenter

Vous devez être membre de L'Unité pour ajouter des commentaires !

Rejoindre L'Unité

Commentaire de Fleur de rose le 3 mai 2013 à 22:09

le manuscrit retrouvé de Paulo coelho sortie le 02/05/2013 dans toutes les librairies,

j ai scanner un chapitre pour le présenter

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation