Il m'a semblé interressant de vous faire connaître ce texte qui rassemble bien les sensations de l'expérience que nous...que vous vivez actuellement dans les transformations que le corps subit avec la vibration qui se modifie. On peut dire que Mère était une femme en contact avec l'énergie divine et pourtant???

14 mars 1961

 Elle parle des moments d’ouverture dans le yoga: «Puis il y a les jours où on est en contact avec la Conscience divine, avec la Grâce, alors tout se teinte, se colore de cette Présence, et les choses qui généralement vous paraissaient mornes deviennent charmantes, plaisantes... tout vit, tout vibre. Il y a d’autres moments où on est obscurci, fermé, alors on ne sent plus rien, toutes les choses perdent leur goût... on est comme un morceau de bois ambulant.»)

Sur la route, ça vient et ça s’en va, on ne l’a pas d’une façon définitive, et alors c’est comme si on traversait une zone, une zone parfumée, et après c’est fini – pour le moment c’est fini. Une caresse passagère[1].

* * *

(Après le travail:)

Le progrès au point de vue général est indéniable, mais le physique est... il a terriblement besoin de repos. C’est ennuyeux, cela m’empêche de travailler.

Comment expliquer cela?... C’est assez curieux: l’attitude des cellules et leur état de conscience est en train de changer avec une rapidité extraordinaire; et pourtant, si on se place au point de vue ordinaire de ce qu’on appelle «la santé», il n’y a pas un progrès correspondant, au contraire. D’un point de vue ordinaire, on dirait que ça ne va pas trop fort. Mais je vois bien que ce n’est pas vrai. Je vois que ce n’est pas vrai, que c’est seulement une apparence; et c’est la conciliation des deux qui est difficile.

(silence)

Je suis gratifiée d’une forme de filariose qui, peut-être, n’arrive pas une fois sur un million... Le docteur ne s’arrache pas les cheveux parce que ce n’est pas son habitude, mais il est perplexe.

Et les cellules sentent si parfaitement... N’est-ce pas, toutes les expériences dans le subconscient, la nuit, sont des preuves si évidentes que c’est une espèce de... de déblaiement d’un monde de choses, de vibrations, de toutes les vibrations qui s’opposent à la transformation cellulaire. Mais qu’est-ce que c’est qu’un pauvre petit corps pour faire tout ce travail! Il a tout à fait le sentiment que c’est une sorte d’accumulation et de concentration de choses (mais c’est nécessairement un choixMère rit – , parce que si tout devait se faire dans un centre comme ça – son corps – , ce serait... ce serait impossible! ) Et alors si tu savais, ces cellules, chacune en particulier et dans leur ensemble (parce qu’elles forment des groupes et des ensembles), dans leur ensemble elles sont si profondément et parfaitement convaincues que tout-tout est non seulement décrété mais exécuté par le Divin; elles ont une sorte de perception constante et si pleine de... c’est une foi consciente de Sa sagesse infinie, même quand, pour la conscience ordinaire, il y a ce qu’on a l’habitude d’appeller une souffrance ou une douleur – ce n’est pas cela pour elles! c’est autre chose. Et le résultat est un état de... oui, c’est un état de lutte paisible. Le sentiment de la Paix est là, la vibration de la Paix est là, et en même temps il y a cette impression d’être... (comment dire?) en éveil dans une lutte constante. Alors tout cela ensemble, ça vous fait quelque chose d’assez curieux.

Et il se passe là-dedans... Oh! il y a tout le temps comme (tiens, c’est l’équivalent de ces colorations dont je parlais), il y a comme des vagues qui passent comme ça, qui touchent, qui sont cette joie de vie, la joie de la vie, mais au lieu d’être... N’est-ce pas, il y avait des moments quand le corps est dans une sorte d’équilibre (ce que nous appelons, dans notre conscience extérieure ordinaire, un «équilibre»), quand le corps est en équilibre, c’est-à-dire en bonne santé, il y a cette joie qui est constante, qui est comme les vagues de la mer qui se gonfle (Mère dessine de grandes ondes): ça passe, c’est comme derrière; ça vient, ça montre son nez; et puis ça disparaît. Dans lestoutes petites choses de la vie – oui, matérielle – , la joie de ces choses, la joie qu’elle contient, cette espèce de vibration (une vibration lumineuse, spéciale), ça se montre comme pour dire que c’est là; que c’est là, qu’il ne faut pas l’oublier, que c’est là; mais c’est dominé par cette... tension.

Et puis, de temps en temps, tout semble comme sur le bord d’un précipice, et que ça ne tombe pas parce que ça garde son équilibre, mais que si on n’était pas dans cet état supérieur de foi parfaite, on tomberait, n’est-ce pas. Et tout cela est ensemble, et ça fait un ensemble si... particulier[2]!

(long silence)

Ce sentiment que toutes les choses sont organisées, concentrées, arrangées selon un rythme, et que si on arrive à maintenir l’équilibre de ce rythme, cela produit une permanence.

(Mère reste absorbée en elle-même) L’équilibre de ce rythme – l’équilibre progressif, ascendant, de ce rythme – , c’est cela qui doit constituer pour la Matière le sens de l’immortalité.

Mais encore[3]...

Vues : 399

Y répondre

Réponses à cette discussion

A lire absolument  ...
cela nous aide à identifier tout nos symptomes divers et variés douleurs ect... alors que notre âme elle monte en vibration et pourtant ces douleurs persistent le langage cellulaire à son propre rythme c'est cela qu'il faut comprendre et intégrer sans avoir peur même si j'en convient cela rest très désagréable

Moi depuis quelques jours j'ai de grandes douleurs dans le pied qui m'a nommer ...Papa...pas ...pas 

re-connecter avec votre corps et laisser le exprimer sans chercher à analyser les mots qu'il va nous transmettre...

Pendant des années le Mental des cellules a été mon livre de chevet...il en est sorti bien abimé ! Comme je l'ai écrit quleque part, je n'ai jamais pu entrer dans les écrits de Sri Aurobindo dont Mère (née à Paris d'une mère égyptienne et d'un père turc en 1878) était la compagne ; ensuite les écrits de Mère, son agenda était tellement dense et d'une quantité si impressionnante que jamis je ne suis arrivé à le lire. Par contre les livres de Satprem confident  et secrétaire de Mère m' ont permis de comprendre dans la mesure du possiblen, entre autres 7 jours en Inde et surtout le Mental des Cellules, que j'ai recommandé partout à mon entourage.

Cela avait été complété par les enregistrements faits par France-Inter que l'on m'avait prêtés, en partie repris par 7 Jours en Inde avec Satprem. On comprend comment Mère a réussi souvent à se promener dans ses propres cellules, dans la matière pour en fair le tour, pour réparer ce qui n'allait pas et qu'elle appelait simplement "ça". Et à l'âge de 95 ans ayant terminé son voyage, elle décida de partir tranquillement, alors qu'elle était entourée de jalousies, de mauvaises volontés.

Dans ses dires, il n'y a pas l'intellectualisme apporté ensuite par d'autres et dont certains se gargarisent et qui s'est tant développé dans les milieux nouvelageux, cela parait facile ...même si c'est très compliqué à réaliser !

 

Répondre à la discussion

RSS

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation