Noir ou blanc, ça dépend ! (1)        

mascaraComme d’hab, quand je m’apprête à vous révéler un truc hyper sympa, j’ai ma petite voix qui me dit qu’il me faut faire quelques préliminaires afin d’éviter les cris d’un mental-égo n’aimant pas les frictions à sec. C’est la raison pour laquelle, généralement, il asperge le tout avec de l’eau (les émotions) qui se retrouve ainsi portée à ébullition rapidement…

Ainsi, tu voulais faire plaisir et tu te retrouves avec des grands brûlés qui hurlent de toute leur colère intérieure. La colère étant reliée directement aux peurs (et donc aux basses fréquences), il s’avère qu’en voulant faire du bien, tu te retrouves sur la croix avec des clous du jugement aussi costauds que de l’acier 100% inoxydable.

Je dis inoxydable pour faire comprendre qu’il faut beaucoup de temps afin que les personnes découvrent qu’elles ont fait une connerie en épinglant un papillon sur une croix de souffrance. Il venait les aider à vivre dans un monde meilleur et, eux, ils l’ont carrément traité comme un malfrat parce qu’ils étaient sous l’emprise de la colère déclenchée par leur ignorance crasse qui se cache derrière toutes leurs peurs.

Ainsi, je résume : de l’ignorance nait la peur qui, elle-même, entraine des réactions émotionnelles intenses. Devant le bordel-chaos, le mental-égo réagit très mal et ordonne donc la mise-à-mort immédiate du coupable présumé. Puis, ce n’est que plus tard, une fois l’orage terminé, qu’il se rend compte qu’il a été pire qu’un animal et qu’il ne mérite nullement qu’on le classe même parmi les préhumains…

Il tombera donc dans le regret, pour ne pas dire la honte et l’inévitable culpabilité, car il saura tout au fond de lui qu’il est absolument très loin d’une maitrise quelconque. Il se dit évolué, voire spirituel pour les cas les plus graves, mais au fond, tout cela n’est que couverture, qu’apparences au même titre que le cheminot qui s’habille tout de blanc alors qu’il baigne quotidiennement dans une atmosphère charbonnée.

Ainsi, je vous l’avoue, ça me gonfle grave quelquefois quand je vois les réactions hautement revendicatives, et surtout hautement disproportionnées, où l’émotion déchainée a éteint toute capacité à prendre du recul, et donc à découvrir que l’autre n’a été qu’un miroir un peu trop réfléchissant, mettant en exergue une noirceur parmi tant d’autres.

Je vais donc encore une fois vous démontrer combien votre mental-égo, avec sa déteinte sur le cœur (soit le cœur-égo), est capable de vous faire dérayer en utilisant une simple association de mot. C’est ainsi que les gens qui veulent vous mener par le bout du nez font en règle générale. Ils prennent 2 mots en totale opposition et les associent. En clair, ils fabriquent une étincelle qui va vous mettre le feu aux poudres.

Par exemple, si je dis “assassin-béni”, quelle va être votre réaction immédiate ? Dans un 1er temps, vous savez qu’être un assassin, c’est pas bien du tout et que le bon Dieu n’apprécie pas vraiment, d’où le conflit avec le mot béni qui dit qu’il apprécie grandement. Ainsi, votre mental-égo, surpris par cette association de mot, va mettre votre aimant du cœur à tourner comme une girouette au point de penser que celui qui vient de dire cette association de mots mérite la mort (et immédiatement s’il-vous-plait !).

Il s’échappe donc de vous une pensée de zigouillage pour cause de blasphème. Je précise que la définition de blasphémer est “parole ou écrit injurieux à l’égard de la religion ou d’une personne respectable”. On voit donc que l’on a affaire avec une notion religieuse (donc la projection divine du préhumain fait à son image et donc d’ignorance) ou à un individu qui se veut respectable à la vue des autres (donc le fameux paraitre de la pure 3D).

On sort donc la kalachnikov et, effet de groupe aidant, on devient aussi con qu’un mouton prêt à suivre le mouvement qu’un leader opportuniste qui passait par là et qui n’attendait que ça pour prendre du galon (égo oblige). Bref, on se retrouve à créer un égrégore de plus, mais comme on dit, c’était normal puisqu’un mouton a blasphémé. Ainsi emporté dans l’élan, le malheureux n’aura probablement pas le temps de finir sa phrase qu’il sera déjà rôti en enfer.

En effet, ledit orateur a associé ces deux mots pour dire qu’un individu (le fameux assassin-béni) a réussi à tuer le chef suprême des illuminatis, entrainant ainsi une déroute capitale des forces de l’ombre… C’est alors que les moutons, découvrant ce qu’ils ont fait, iront récupérer les restants calcinés dudit orateur pour en faire des reliques (définition 1 : restes du corps, ou objet personnel, d’un martyr ou d’un saint – Définition 2 : familièrement objet souvent sans valeur mais auquel on est très attaché.).

Voici donc comment réagit “normalement” toute personne se voyant désarçonnée par des associations de mots. Ainsi, si vous dites un “boucher-gentleman”, un “tyran-sympathique”, une “brute-raffinée”, un “banquier-altruiste”, un “militaire-végétalien”, un “curé-pédophile”, un “avocat-spirituel”, ça peut déclencher des réactions certaines, mais ce n’est rien comparé à la “Lumière-Noire” dans le milieu des marcheurs sur la voie (ou qui pensent l’être).

Hé oui, j’ai reçu récemment plusieurs emails de panique concernant certaines canalisations où l’on parle de Lumière Noire. C’est sûr que cela fait étrange quand cette entité se dit être un Être de Lumière et qu’il vous aime de tout son amour. C’est tout aussi sûr qu’il est instantanément mis dans le rang des forces de l’ombre et qu’il faut donc brûler vivant le pauvre canal qui transmet cela.

Hé oui, si un Être de Lumière nous parle de Lumière Blanche, d’amour et tutti quanti, alors on est rassuré et on peut lui faire confiance. On peut dormir sur nos deux oreilles, car il dit exactement ce que l’on veut entendre. Ainsi, ce n’est donc pas par hasard que l’on soit mené par le bout du nez comme des moutons. En prime, le canal sera mis à l’honneur et deviendra donc une sainteté que personne devra égratigner d’une manière ou d’une autre, sous peine d’avoir des soucis dans de brefs délais.

Ne nous cachons pas que chacun d’entre nous a plus ou moins suivi cette dynamique au cours de cette vie, et que cela est encore le cas actuellement. En effet, si je venais à rentrer dans le lard des canaux de forte réputation ou de toute autre personne considérée comme un “maître”, il est évident que la réaction se fera immédiate et surtout sans appel.

Nous pensons être au-delà de ça, mais, en fait, nous sommes en plein dedans. Nous pensons être suffisamment mûrs pour détecter les intrus, mais, là encore, nous tombons dans le panneau, car quoi que l’on dise, notre égo n’apprécie pas que l’on remette en cause ses propres jugements. Il n’apprécie pas que vous puissiez par vous-même changer les règles afin de ne plus tomber dans l’émotionnel dès la moindre attaque sur vos croyances.

Hé oui, comment le monde fut-il mené jusqu’à aujourd’hui, sinon par l’attitude moutonnesque du préhumain qui croit que les foutaises qu’on lui a mis dans le crâne sont l’œuvre de sa propre réflexion et non un endoctrinement ? N’est-ce pas là l’illusion elle-même en action ? N’est-ce pas là l’œuvre ultime d’un égo en pleine action ?

Hé oui, comment voulez-vous faire le tri en vous, trancher et couper toutes les chaines de l’esclavage “spirituel” ou “mental”, si déjà vous réagissez au quart de tour sans laisser l’autre finir sa phrase ? Où est le respect et l’écoute ? Où est cet amour inconditionnel que tout le monde se vante de mettre en action ? Où est ce discernement tant demandé ?

Oui, je vous le dis, nous sommes encore sous l’étreinte de ces automatismes qui mettent l’émotionnel au devant de la scène, alors qu’il devrait y avoir plutôt une paix afin de mieux cerner ce qui se passe. Ainsi, sincèrement, pensez-vous qu’avec ce type de réaction émotionnelle primaire, on pourra avancer sur le chemin de notre vraie nature ? Pensez-vous que si l’on ne fait rien pour endiguer ces réflexes conditionnés, nous allons pouvoir aller peinard en 5D ?

De toute façon, il y aura toujours des gens qui ne seront pas d’accord avec vous, et cela, quoi que vous fassiez. Cela est parfaitement normal, sinon cela indiquerait que la loi de l’équilibre ne fonctionne plus. Dans un monde de dualité, il y aura toujours autant de plus que de moins, alors autant être cool et en voir le côté positif. Ça, c’est le 1er point.

Le second point est : préférez-vous suivre quelqu’un qui ne vous sort que des miauleries qui vont dans votre sens, ou acceptez-vous de régulièrement vous faire remettre en place ? Cela ne veut pas dire qu’il doive le faire avec méchanceté et sérieusité comme on le voit couramment chez les préhumains. L’amour est indissociable d’avec la fermeté. Le magnétique est indissociable de l’électrique. L’amour con et mielleux est aussi, voire plus, corrosif à votre éveil que celui qui vous interpelle pour vous réveiller.

Avez-vous essayé d’endormir quelqu’un en lui mettant des claques ? Non, ça ne marche pas. Par contre, en le caressant gentiment dans le sens du poil, ça sera de l’enfance de l’art !!! Hé oui, celui qui vous veut le plus grand bien n’est pas forcément celui qui est le plus gentil. Il ne faut, bien sûr, pas confondre avec ceux qui vous bastonnent pour vous assommer.

Ainsi, quand c’est trop mielleux ou quand ça bastonne de trop, prenez vos distances et discernez si cela est bon pour vous ou pas. L’expérience m’a appris qu’il faut trouver non seulement un juste milieu, mais qu’il y a aussi la juste manière de le faire. Aussi les lecteurs de ce blog savent qu’autant ils m’aiment, autant ils pourront s’en prendre au moment où ils ne s’y attendront pas, ou le moins.

Chaque baffe que je donne est faite pour votre avancement personnel (et donc en conséquence pour l’humanité). Je le fais avec bienveillance, et beaucoup de patience (une infinie patience qui de temps en temps touche à ses limites), mais je sais que je me le fais à moi-même puisque nous sommes tous UN. Je sais que, parfois, il me faut regarder certaines de mes habitudes et les remettre en question, car je sens qu’il est temps de les changer.

Ne pensez pas que cela est facile pour moi parce que vous pensez que j’ai atteint un certain stade évolutif. Je peux vous garantir que rien n’est plus facile qu’avant, car au fur et à mesure que j’avance, les défis à relever sont à la hauteur de mes forces. Cette forme de purification intérieure est toujours là, car elle est, en fait, l’essence même du moteur de l’évolution.

Certes, certains diront que l’évolution est une illusion, et je réplique à cela que croire que ne rien foutre vous apportera le nirvana escompté est tout aussi illusoire. Les lois d’attraction-résonance stipulent que vous recevrez ce à quoi vous vibrez. Ainsi, si vous vibrez le glandage, vous recevrez du glandage. Si vous vibrez l’espoir d’un absolu, alors vous recevrez un espoir d’absolu, mais pas l’absolu lui-même.

Si vous vibrez la sincérité de retrouver votre véritable identité (et les pouvoirs-dons qui vont avec sans pour cela les connaitre d’avance), alors il vous sera livré régulièrement des morceaux de votre divinité réelle. Hé oui, souvent on me fait la remarque que, pour moi, les choses sont faciles parce que je vous semble tellement convaincu de ce que je dis, fais ou vis. Alors que pour vous, c’est plus dur et donc que ça sera moins rapide et donc plus long !

Je vous le dis, et vous le savez déjà intellectuellement parlant, que c’est en vivant sincèrement ce que vous aimeriez voir ou vibrer que les choses se réaliseront. Cela implique donc forcément qu’à chaque fois que vous réagirez automatiquement sur le registre émotionnel conditionné par votre égo (et les institutions), vous n’aurez plus la maîtrise de ce que vous êtes.

En effet, la maîtrise n’est pas le contrôle de l’émotion par l’étouffement (sinon, tôt ou tard la chaudière explosera, faisant ainsi encore plus de dégâts), mais par une meilleure régulation qui se fera en prenant du recul par rapport à cela. Ainsi quand vous voyez le manomètre émotionnel monter en puissance, tirez sur la soupape de l’attention et observez quelle en est l’origine. Ainsi, quand la pression sera redescendue, vous pourrez aller modifier-réparer ce qui a causé la surpression.

Ainsi, étant à l’écoute de vous-même, vous apprendrez à faire connaissance avec votre âme (votre enfant intérieur) et découvrirez en même temps d’où lui vient certaines mauvaises habitudes. Un gamin est le fruit de l’éducation qu’on lui a refilé, alors faites le correctif nécessaire afin que celui-ci devienne plus mature, et surtout plus responsable de ses mouvements intérieurs.

Bref, comme d’hab, l’intro de l’intro a été plus longue que prévue, alors je vous dis donc au prochain délire afin que vous puissiez comprendre que le noir n’est pas plus sulfureux que le blanc. En fait, ces deux couleurs sont aussi puissantes l’une que l’autre, et tout dépend par quel bout de la lorgnette on les regarde. Le blanc est puissant dans l’illusion tandis que le noir est puissant dans l’invisible…

Laurent DUREAU

PS : Si le noir était aussi malsain que cela, alors il faudrait demander à tous ceux qui ont les cheveux noirs de se raser le crâne pour ne plus capter « l’ombre” et il faudrait aussi virer toutes vos fringues noires, y compris les godasses. Je n’ose parler du mascara (ou masque à rat) qui piège les souris voulant remonter leur regard éteint… (ou qu’elles jugent éteint par manque de personnalité et de confiance en soi). Bref, dans tous les cas, il y aura un rat (ou plusieurs) qui se fera prendre au piège tendu par la souris avec son masque de zorro !             

Vues : 107

© 2021   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation