La Libération

 

cedre
 

Deux moines zen méditent au bord d’une rivière, quand soudain leur apparaît en vision l’image d’un grand Maître d’autrefois.


Une fois la surprise passée, l’un des deux moines demande au sage :


_ Grand Maître, toi qui vois tout, dis-moi… Je travaille depuis si longtemps. Quand serai-je enfin libéré ?


_ Avant d’être libéré, il te faudra revenir t’incarner sur Terre autant de fois qu’il y a de feuilles dans ce bananier, là-bas.


Ce disant il lui montre un bananier avec quatre ou cinq grandes feuilles. Une grimace sur le visage du moine semble indiquer qu’il est assez déçu de devoir attendre encore si longtemps.


Le deuxième moine demande à son tour :


_ Grand Maître, toi qui vois tout, dis-moi… Je travaille depuis si longtemps. Quand serai-je enfin libéré ?


_ Toi ??? Avant d’être libéré, il te faudra revenir t’incarner sur Terre autant de fois qu’il y a de feuilles dans ce cèdre, là-bas.


Et ce disant il lui montre un cèdre immense, avec des milliers et des milliers de feuilles.


Le moine s’écrie alors tout joyeux :


« Merci mon Dieu ! Cela signifie donc que je serai libéré un jour !!! »


Et aussitôt il fut libéré.


 

Source inconnue.

http://lejardindejoeliah.com/2014/05/08/la-liberation/

                                                                                                                                                                          

Vues : 165

Réponses à cette discussion

Ahhhhh ... J'aime beaucoup, comme quoi, lorsque l'on se satisfait de ce que l'on nous offre quelque choses (pour ma part je le vois comme cela), l'Univers y pourvoit :-) :-) 

Accepter dans la Joie de ce qui Est ...

Histoire emplie de symbolique...

L’Arbre Primitif

Partout dans le monde, on trouve des témoignages portant sur un arbre géant, l’Arbre primitif, qui avait jailli du centre de la Terre jusqu’au cieux et avait ordonné l’univers autour de lui. Il unifiait les trois mondes : ses racines plongeaient dans les abysses souterraines, tandis que ses plus légères branches caressaient l’Empyrée. Grâce à l’Arbre, on put respirer ; il dispensa ses fruits à toutes les créatures qui firent ensuite leur apparition sur Terre, s’épanouissant au soleil et se nourrissant de l’eau qu’il puisait en son sol. Du ciel, il attirait l’éclair duquel l’homme faisait le feu, en séduisant les cieux où les nuages se formaient autour de sa chute.

L’Arbre était source de toute vie, et de toute régénération. Point étonnant donc, qu’adorer l’arbre fût alors un acte répandu.

L'arbre sacré

Jadis les rois s’asseyaient sous l’arbre royal afin de rendre justice. Parfois, l’arbre sacré constituait le cœur de la cité qu’il protégeait, et même si les traces de cette croyance ont presque toujours disparu dans le processus d’urbanisation, on en trouve encore des exemples dans les écrits de l’Antiquité. Dans le centre d’Eridu, ville sainte, les Sumériens du troisième millénaire avant JC vénéraient Kiskanu, l’arbre cosmique. L’Acropole d’Athènes a vu grandir l’olivier planté par Athéna : par son biais, elle avait pris possession du territoire et fondé la ville. A Rome, dans le forum s’est épanouit un figuier légendaire, car sous ses feuilles furent allaités Rémus et Romulus. Tacite raconte que le dépérissement de l’arbre en 58 après JC, fut considéré comme un mauvais présage. L’année suivante, Néron tua sa mère Agrippine et s’adonna ensuite à une vie de débauche et de cruauté démesurée, amorçant une crise qui faillit causer la chute de l’Empire romain. 

Tout comme il pouvait être lié au destin d’une cité, l’arbre pouvait aussi être directement associé au destin d’un individu. On pouvait dire d’un arbre donné qu’il était le double d’une personne. Il lui octroyait sa protection et lui transmettait sa vigueur et, on l’espérait alors, sa longévité qui excédait largement celle des humains. Partout dans le monde, des arbres étaient plantés à l’occasion de la naissance d’un enfant, et on considérait alors que le duo constitué par l’enfant et l’arbre se partagerait la même destinée. On prenait grand soin de l’arbre, car s’il venait à dépérir, la personne serait en danger. Pline relate qu’un fameux Romain versa un jour du vin au pied de son arbre afin de le fortifier. 

Le psychologue et psychiatre suisse Carl Gustav Jung (1875 – 1961) a montré que l’image de l’arbre survit encore comme un archétype dans l’inconscient individuel et collectif. En effet, il s’agit d’un des symboles les plus fertiles, vitaux et universels.

En ces temps de crise, c’est en lui-même que l’homme doit redécouvrir efficacement le sens de cette image. En même temps, il doit redécouvrir le sens de l’union avec la Nature, de l’harmonie cosmique qu’il a malheureusement, bien souvent égaré.

Source : http://www.buddhachannel.tv/portail/spip.php?article1533

Et si nous considérions que les arbres sont de nature divine et qu'ils sont des modèles pour les humains... 

La feuille (le limbe) est aplatie chez les feuillus et sont des aiguilles ou écailles chez les conifères ou résineux. Les feuilles de l'arbre tombent mais pas toutes en même temps et ni au même rythme (elles restent sur l'arbre plusieurs années)... symbole de régénération permanente...

Chaque arbre est différent et pourtant si semblable... chacune de ses graines est la promesse/la continuité ce qu' il est en réalité : immortel puisque chacune  contient son Tout (ses racines, son tronc, ses feuilles ou aiguilles, ses fleurs et fruits à-venir)...  tout comme l'Homme dans son Êtreté.

Solide, résistant aux épreuves du temps (un exemple de vie pour l'Homme) , il servait largement dans la construction (autre symbole).

Tout en hauteur (un bananier avec 4 ou 5 grandes feuilles ) et/ou tout en largeur (un cèdre et ses milliers d'aiguilles), l'arbre, quel qu'il soit, ne se compare pas aux autres et n'attend rien.

Uni à la nature, à l'univers dont il est partie intégrée et intégrante, sans passé ni futur, laissant couler sa sève (la Vie) en lui, "sans travailler dessus ou avec"... Il est pleinement libéré de toute contrainte/obligation/croyance/projection  :  "Il EST" et  tout simplement, dans l'instant présent. Il est déjà libéré. 

L'Homme attend/espère/travaille paradoxalement à une "possible libération" qu'il a déjà  en lui de toute éternité...

C'est ce que cette histoire me raconte...

RSS

Vidéos

  • Ajouter des vidéos
  • Afficher tout

Forum de discussion

Le papillon, le chou et la rose

Démarrée par Patrice. Dernière réponse de 0ko7ks2yqf2cy 9 oct. 2014. 7 Réponses

Le bulletin scolaire de Jésus :-o))

Démarrée par Brisemarine. Dernière réponse de Santorine57 26 mars 2014. 7 Réponses

Les 7 merveilles du monde !

Démarrée par Patrice. Dernière réponse de 3rre4cw4qm4e6 7 juil. 2014. 5 Réponses

© 2020   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation