Le papillon, le chou et la rose

Le droit à la transformation appartient à chacun.

Un joli papillon  virevoltait au-dessus d’un jardin et se régalait du nectar des fleurs, les effleurant à peine.

Il était léger et heureux de vivre.

A un moment donné, il se fit invectiver par un gros chou :

- Eh bien, tu n’es pas gêné de venir ainsi voler au-dessus de nous, aussi joyeusement, connaissant ton passé, tu devrais éviter de venir ici !

Le papillon lui répondit qu’il était normal pour lui de voler, que c’était sa nature et que, depuis sa naissance, tout ce qu’il avait fait lui procurait de la joie.

Le chou, bien gros et gras, lui rappela alors, qu’en tant que chenille, il avait fait beaucoup de dégâts dans le jardin, et qu’il était normal qu’il souffre toute sa vie.

- Quels dégâts ai-je commis ? Lui demanda le papillon étonné, je n’en ai aucun souvenir.

- As-tu déjà oublié mes enfants que tu as dévoré entièrement quand tu étais chenille et le pied de capucine ?  Et ce n’est qu’un centième de ta gloutonnerie. Il n’est pas normal que tu sois heureux alors que je suis toujours dans cette souffrance.

Le papillon très gêné lui dit qu’il ne s’en souvenait pas du tout et qu’il était vraiment désolé. Il ne pouvait même pas imaginer qu’il était semblable à la chenille qu’il voyait. Il était tellement différent en tout.

Il demanda au choux : pourquoi ne me l’as-tu pas dit alors ?

-    Moi ? M’abaisser à parler à une simple chenille, tu rêves ! Tu as choisi d’être chenille, c’est ton problème, assume maintenant.

Le papillon fut très embêté sur ce qu’il venait d’apprendre de son passé et son bonheur chuta d’un coup.

Heureusement, une rose qui avait entendu la conversation, l’invita à se poser sur ses pétales et lui dit : « Chaque être est en voie d’évolution permanente et vous, papillons, êtes un grand modèle pour nous. La nature de la chenille est de devenir papillon, mais elle ne peut se nourrir de nectar tant qu’elle n’a pas passé par la métamorphose complète de sa nature, alors elle mange ce qu’elle trouve autour d’elle.

Mais une fois transformés, tout est différent pour vous, et le ciel s’ajoute à votre nouveau royaume. Pour nous, c’est un bonheur de vous voir voler librement alors que, même épanouies, nous restons toujours attachées à la terre. 

Sois papillon heureux car la vie t’aime ainsi ! Et n’oublie pas de pondre pour que le cycle de la vie continue et que de nouvelles chenilles se transforment en papillons !  

Tout est transformation, tu as mangé des capucines, mais des graines étaient déjà en terre pour que d’autres repoussent… ainsi va la vie qui se créée à chaque instant ».

Le papillon retrouva sa joie de vivre et virevolta au-dessus de toutes les fleurs qu’il trouvait pour leur apporter la joie de son  bonheur.

Métaphore d’éveil de Joéliah©/lejardindejoeliah.com
Photos copyright Florence Petit-Barreau et Joéliah.

lejardindejoeliah.com

Vues : 1304

Réponses à cette discussion

Farandole de papillons solaires Aménagement extérieur > Décoration Une fois de plus je découvre ce qui se trouve bien au... chaud... dans ma boîte mail.

Le jardin de Joéliah est rempli de délicates manières de mettre en... eh la vie danse !

Merci à toi Patrice pour ce partage vêtu de... vérité et de joie d'être toi même un déli cieux... rires... papillon devant l'Eternel ;-)

Merci pour ce partage.

Cette parabole est superbe, je vais la faire connaitre à mes amis. Oui, il faut laisser le passé et surtout ne pas perdre sa joie en s'encombrant de culpabilité. On fait du mieux qu'on peut chaque jour, et c'est cela qui compte, personne n'est infaillible, il faut avancer pas à pas jour après jour, et le temps fera son oeuvre, nous transformant de chenille rampante et avide en papillon léger.

Vais je alourdir là cette délicieuse métamorphose de la chenille en papillon... avec ce partage de la conversion de saint Paul qui s'appelait "Saul" avant d'être... saint Paul.

« Comme il était en route et approchait de Damas, une lumière venant du ciel l'enveloppa soudain de sa clarté. Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? ». Il répondit : « Qui es-tu, Seigneur ? — Je suis Jésus, celui que tu persécutes. Relève-toi et entre dans la ville : on te dira ce que tu dois faire ». Ses compagnons de route s'étaient arrêtés, muets de stupeur : ils entendaient la voix, mais ils ne voyaient personne. Saul se releva et, bien qu'il eût les yeux ouverts, il ne voyait rien. Ils le prirent par la main pour le faire entrer à Damas. Pendant trois jours, il fut privé de la vue et il resta sans manger ni boire. Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananie. Dans une vision, le Seigneur l'appela : « Ananie ! ». Il répondit : « Me voici, Seigneur ». Le Seigneur reprit : « Lève-toi, va dans la rue Droite, chez Jude : tu demanderas un homme appelé Saul, de Tarse. Il est en prière, et il a eu cette vision : un homme, du nom d'Ananie, entrait et lui imposait les mains pour lui rendre la vue ». Ananie répondit : « Seigneur, j'ai beaucoup entendu parler de cet homme, et de tout le mal qu'il a fait à tes fidèles de Jérusalem. S'il est ici, c'est que les chefs des prêtres lui ont donné le pouvoir d'arrêter tous ceux qui invoquent ton Nom ». Mais le Seigneur lui dit : « Va ! cet homme est l'instrument que j'ai choisi pour faire parvenir mon Nom auprès des nations païennes, auprès des rois et des fils d'lsraël. Et moi, je lui ferai découvrir tout ce qu'il lui faudra souffrir pour mon Nom ». Ananie partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : « Saul, mon frère, celui qui m'a envoyé, c'est le Seigneur, c'est Jésus, celui qui s'est montré à toi sur le chemin que tu suivais pour venir ici. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d'Esprit Saint ». Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva et il reçut le baptême. Puis il prit de la nourriture et les forces lui revinrent. 

Très belle métaphore et merci de l'avoir partagé , j'en avais besoin.

Claude

Le Papillon aurait-il oublié dans sa petite tête qu'il est issu de deux morts la chenille puis la chrysalide ou cocon? pour être ce qu'il est?

C'est sans aucun doute notre image car nous rappelons nous de nos différentes incarnations? Je dirais heureusement que l'Ange du silence nous les fait oublier pour de nouveau être.

magnifique Patrice merci

RSS

Activité la plus récente

Événement publié par corinne du sud
Miniature

Soin de groupe "Orgasmie cellulaire" Vendredi 1 novembre, 15 € à Carqueiranne

1 novembre 2019 de 19:45 à 21:30
Il y a 2 heures
Amélia Damian est désormais membre de L'Unité
Il y a 6 heures
Billet de Bhaktashanti
Vendredi
Canari est désormais membre de L'Unité
Jeudi

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation