Ce que je pense des accords toltèques*:

D'abord le premier: "Que votre parole soit impeccable" :

Même s'il nous arrive de parler plus vite que l'on ne l'aurait voulu, notre pensée précède notre parole. Notre pensée naît de notre incessant dialogue intérieur. Notre dialogue intérieur est ce qui nous permet d'entretenir l'illusion de notre moi séparé. Le moi séparé engendre la dualité. L'impeccabilité ne peut se concevoir ni par et pour un moi séparé, ni dans la dualité.

La cessation du dialogue intérieur s'obtient dans et par l'unité et le rayonnement du cœur.

Donc une parole impeccable ne peut s'obtenir que si elle est directement issue de notre Cœur !

Les égyptiens situaient le siège de la pensée non dans le cerveau mais dans le cœur.

Un Cœur unifié (qui n'est plus prisonnier de la dualité) et rayonnant est seul en capacité d'engendrer une parole juste et impeccable.

Le deuxième accord : "Quoi qu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle" : 


Savoureuse polysémie autour du mot personne ! En effet le mot personne désigne tour à tour : 
l’absence d'une présence ("Personne ne vous gênera !". "Il n'y a personne ? Ah si, il y a quelqu'un ! ") 
ou la présence elle –même (de nombreuses personnes sont venues).

Qu'est-ce que le quoi, du quoi qu'il arrive ? : C'est une perception physique, émotionnelle, intellectuelle, voire spirituelle, qui s'effectue d'une personne vers ou envers l'extérieur.

Qu'est ce qui perçoit un extérieur distinct de nous-même ? : nous en tant que personne.

En latin persona, vient du verbe latin personare « parler à travers».

Qu'est ce qui parle à travers notre personne ? : la même chose qui parle à travers le quoi : la Vie.

Donc si quelqu'un vous traite d’idiot(e) ou de génie (ces deux mots étant le plus souvent synonymes) ce n'est pas une projection de sa part,

si cela vous blesse ou vous flatte ce n'est pas la sollicitation de vos blessures émotionnelles qui réagit :

c'est juste la Vie qui parle à travers des événements (appelés des quoi et existant uniquement si des capteurs leur donne une existence) qui concernent une ou des personnes (mot désignant aussi bien la présence que l’absence de quelqu'un) dont la permanence relève plus de l'illusion de leurs traits de personnalité que de la réalité. Illusion appelée Mâyâ en hindouisme.

Les Toltèques, ont succédé aux Aztèques précédés eux-mêmes par les Mayas. Si comme moi vous aimez le langage des oiseaux je dirais que ce deuxième accord est plus Maya que Toltèque.

Le TROISIÈME ACCORD : « Ne faites pas de suppositions »

Il me semble, (mon Dieu c’est une nouvelle supposition !), que la formulation positive, par exemple faites ceci ou cela,  est généralement préférable à celle négative de, ne faites pas ceci ou cela, qui va à l’encontre de ce que l’on veut éviter, risquant de renforcer le négatif au lieu d’augmenter le positif.        

Par ailleurs les suppositions sont le plus souvent issues de l’analyse du passé : je suppose que j’ai pris du poids parce que j’ai mangé en plus grande quantité ces derniers mois.  Je suppose que je vais mal parce que mes parents n’ont pas été suffisamment bons envers moi. Je peux ensuite effectuer différentes opérations avec mes suppositions en supposant que je grossis parce que je vais mal et parce que mes parents…

 

Les suppositions sont aussi créées par  la projection du présent et du passé dans l’avenir.  Elles répondent à un besoin d’anticipation : je suppose qu’en prenant  telle route j’arriverais à tel endroit ou vous supposez que votre GPS va vous amener au bon endroit.  On peut aussi supposer que telle personne vous aime (bien ou mal) ou que telle autre vous déteste.

 

Pour moi, avant d’arriver au silence intérieur (ou cessation du dialogue intérieur) et d’avoir harmonisé son passé avec  toutes les relations qu’il a comportées, que ce soit avec vos parents, la nourriture, votre sens de l’orientation, votre GPS ou Dieu,  il m’apparait difficile (oui je sais c’est une nouvelle supposition) de ne pas faire de supposition.

 

Ce que je propose c’est une reformulation positive de ce 3ème accord  en : « Faites uniquement la supposition que l’Univers est fondamentalement Amour et que tout ce qui vient à vous à chaque instant est ce qui a de meilleur pour vous ».

 

Branchez-vous sur l’énergie de l’Amour, de l’Acceptation et du Pardon et supposez à chaque instant jusqu’à en faire une croyance constructive et constructrice que l’Univers est Amour et je suppose qu’à terme cela peut changer votre vie.  

Le QUATRIEME ACCORD : « Faites toujours  de votre mieux. »

Sur le plan numérologique le quatre représente, entre autre, la convergence. Dans cette stabilité du quatre je vais converger (  https://www.youtube.com/watch?v=iZJOTOnVJ_8 ) avec ce quatrième accord de Miguel Ruiz.*

En effet, celui-ci précise que c’est ce quatrième accord,  certes pas facile à conclure, mais qui est celui qui va être libérateur et nous permettre d’exprimer notre rêve. Le mieux dont parle Miguel Ruiz n’est pas l’ennemi du bien ! Bien au contraire,  il est  fondamentalement le choix du Bien !

En ce sens il est l’aboutissement des trois précédents accords.  Si votre parole est impeccable elle vous amènera qu’à penser et dire du Bien de vous-même (m’aime) et des autres.  Si vous ne faites pas de votre vie et surtout de la Vie une affaire personnelle vous ne vous en porterez (et supporterez  parfois)  que mieux et Bien. Si vous ne faites pas de suppositions c’est que vous êtes convaincu(e) que tout ce qui vous arrive est au mieux et pour votre Bien et le Bien de tous.

Enfin si vous faites toujours de votre mieux cela veut dire que vous avez trouvé la sublimation (alchimique)  et le dépassement de votre personnalité et que vous agissez dans l’impersonnalité.

5ème accord toltèque de Miguel Ruiz :


"Soyez sceptique, mais apprenez à écouter !"

Personnellement je suis un faux sceptique (à ne pas utiliser au féminin). C'est à dire que j'écoute avec un doute bienveillant les propos extérieurs ou intérieurs à moi. Actuellement tout est accessible si l'on est au bon endroit au bon moment. Ce bon endroit et moment sont eux même accessibles si l'on est dans l'attitude juste. L'attitude juste est accessible si l'on est à l'écoute de notre cœur aligné avec notre âme. Etre sceptique nous permet de ne pas nous égarer. Etre à l'écoute nous permet de nous ouvrir. Qui l'on écoute ?

Reste la question fondamentale. Le filtre de notre cœur aligné sur notre âme nous permet de savoir qui ou quoi écouter, comment et où écouter et pourquoi écouter ou pas. Les égyptiens plaçaient le siège de la pensée dans le cœur et c'est là où il doit effectivement être.

Yves JEAN MICHEL

*(cf. Miguel Ruiz Les Quatre Accords toltèques, la voie de la liberté personnelle Jouvence, “Poches”, 2005).

Vues : 365

Commenter

Vous devez être membre de L'Unité pour ajouter des commentaires !

Rejoindre L'Unité

© 2019   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation