Quand les indiens Kogis nous parlent de la Terre

L'INREES a rencontré deux représentants de la communauté des Indiens kogis, peuple autochtone de Colombie, venus en France à l'occasion d'une tournée de conférences intitulée « Regards Croisés sur ce monde qui vient ». Quels sont leurs liens à la nature et au vivant ? Que pensent-ils de notre comportement à l'égard de l'environnement ?

Pour aller plus loin : www.inrees.com

Vues : 630

Commenter

Vous devez être membre de L'Unité pour ajouter des commentaires !

Rejoindre L'Unité

Commentaire de Présence le 4 février 2015 à 15:11

Merci Terrevive pour ce partage

Commentaire de Terrevive le 4 février 2015 à 14:59

Bonjour,

Je suis déjà depuis de nombreuses années à l'écoute de la philosophie des Kogis. Je partage leur amour de la Mère-Terre et j'ai voulu leur rendre hommage par un conte philosophique, poétique et initiatique qui s'appelle Tisserand du Soleil ce livre est également illustré avec beaucoup de sensibilité.

Commentaire de sabine hainaut le 1 novembre 2014 à 20:19

un vidéo tres informatif mais aussi tres vrai  , dans la conscientisation pour chacun de nous qui veux bien changer par lui même. Quand  allons nous bouger!! citoyens du monde ou tous ses gouvernements nous mentent.

arrêtons d'être dans tous ses mensonges,je prie pour toute cette planete afin que ceux qui appartiennent a cette divinité fasse comme moi. demander a l'univer que beaucoup rentre dans le chemin le plus etroit mais celui qui mêne a la vie eternelle! soillez tous benit !!!

Commentaire de Jean-Yves le 12 octobre 2014 à 22:52

Magnifique vidéo qui nous montre ici le savoir de la sagesse.

Commentaire de sabine hainaut le 11 octobre 2014 à 16:44

oui cela est une vérité et un bon reportage pour les conscience , mai il serait bien de commencer et c'est a nous de de le faire comme plus avoir de voiture acheter un bout de terre pour cultiver et manger seulement selon nos récolte plus utiliser l'électricité le gaz le pétrole être dans l'ensemble partager respecter avancer dans simplicité et ne pas pensée  lâcher totalement le conditionnement les habitude cassé la télé puis la radio ne plus ce nourrir des magazine et journaux plus regarder de film et bien d'autre chose  pour vivre mieux et vivre selon notre réelle nature il y a plein de gent qui ont essayer de nous faire prendre conscience et rien ne bouges car nous alimentons toujours ce qui ne faudrais pas pour notre  bien êtres mai nous connaissons point la vérité alors nous ne pouvons que alimenter tous les liders le pape les gouvernements les prêtres les doctrines les scientifique les religions et tous autres choses. donc ont s'accroche comme pour nous servir de béquille mais temps que l'ont ne pourras lâcher tout cela nous resterons dans l''ombres car la lumière ne pourras point traversé toute ces résistance tant que nous les gardons en notre maison. beaucoup ce conditionne a ce dire des rituel ce posterné dans des différente doctrine spirituel mais tous ceci ne peut vous donner la connaissance sait seulement un conditionnement créée par votre esprit car je pense que si nous avions la connaissance nous serions point sur ce cite pour dire mai nous serions sur les routes est aller pour former une réelle famille sans jugement et différence je ne suis pas là pour blèssé ni juger mais je sais que cela est la vérité .

Commentaire de FOURCHARD Daniele le 11 octobre 2014 à 10:56

bj, je viens de la partager sur mon mur facebook !!!!

Commentaire de Santorine57 le 10 octobre 2014 à 20:24

Kogis, les Gardiens de la Terre

« La terre est malade, les arbres sèchent ... de nouvelles maladies apparaissent et il n'y aura pas de remède ou de médicaments pour eux. Son jeune frère viole les principes fondamentaux continuellement ... forage, des mines, de l'essence extraction, minéraux ... C'est endommager le monde. Dites-leur d'ouvrir les yeux, nous ne pouvons plus réparer le monde, vous devez " , met en garde un Kogis - le dernier survivant de la tribu amérindienne de l'époque pré-colombienne.

Les Kogis croient que leur responsabilité / tâche sacrée est de maintenir l'équilibre écologique et spirituelle sur la terre - ils sont les gardiens du monde avec une profonde compréhension spirituelle de la liaison entre l'humanité et le monde naturel. Installé dans la plus haute montagne côtière sur la terre - Sierra Nevada de Santa Marta - dans le nord de la Colombie. Les Kogis ont échappé à l'invasion espagnole il y a 400 ans et ont été forcés de se déplacer dans les montagnes de la Sierra Nevada. Ils sont les descendants de la culture Tairona ainsi que trois autres tribus Arhuacos, Wiwa et Cancuamo, qui vivent dans la même région.

Kogi la tribu amérindienne

Kogis ou «Frères Aînés»

Des plis cachés de la montagne dominante ils ont regardé notre civilisation, en prenant soin de la « Grande Mère », leur créateur. D' une culture ancienne qui a survécu à l'évolution des temps, les Kogis restent fidèles à leurs traditions autochtones et la spiritualité profonde dans l'isolement de la civilisation moderne depuis plus de mille ans. Leurs modes de vie sont en harmonie complète avec la nature et ils concentrent leur énergie sur la vie de l'esprit plutôt que le corps.

La structure unique de la Sierra Nevada de Santa Marta signifie qu' elle est pratiquement une version miniature de la planète, et qu'elle représente tous les climats du monde. La montagne est littéralement un microcosme, qui contient toutes les zones écologique dans lequel la plupart des plantes et des animaux de la planète peuvent trouver à habiter.

Kogis transporter une gourde ou poporo qui est un symbole de la virilité

Kogis transportent une gourde ou poporo qui est un symbole de la virilité

Les Kogis s'appelent  « frères aînés » de la vie de l'humanité dans le cœur du monde (Sierra Nevada), et tout le monde en dehors d'elle est connu comme des « petits frères », qui, selon eux, détruisent les ressources naturelles.

Commentaire de Santorine57 le 10 octobre 2014 à 20:23

Kogi Mamas - Les Gardiens de Gaia

Les Chamans Kogi ou Mamas sont considérés comme les plus éclairés, qui veillent sur la communauté et préservant sa pureté. La formation pour devenir Kogi Mama est assez extra-ordinaire et rigoureuse - les jeunes acolytes sont emmenés à l'âge de 3 ou 4 et sont isolés dans des huttes de pierre, à la base des glaciers, dans l'obscurité totale jusqu'à leurs 18 ans. De cette façon, ils communiquent avec « Aluna », qui est le secret antique du monde spirituel, le processus de pensée qui façonne et maintient la réalité ou la source même de la vie.

COSIG en dehors d'un Kankarua ou hutte ronde construit avec neuf faisceaux désigne les neuf mondes

COSIG en dehors d'un Kankarua ou hutte ronde construit avec neuf faisceaux désigne les neuf mondes de la philosophie Kogi

Un Mamas passe toute sa vie à créer l'harmonie dans le monde des esprits et celui que nous vivons. Ils estiment que le " jeune frère " est en train de détruire le monde, ce qui aura des conséquences désastreuses sur la survie de l'humanité. 

Dans ce documentaire " From the Heart of the World ", tourné en 1989, les Kogis donnent un avertissement fort au « jeune frère » : celui de  renoncer à leurs moyens d'auto-destruction et le respect Terre Mère. C'est un film très perspicace qui montre la culture et les croyances des Kogis.

Aujourd'hui, 20 ans après le documentaire, les Kogis ont mis au point un autre film appelé « Aluna » - l'esprit dans la nature - à réitérer leur avertissement pour éviter la catastrophe avant qu'il ne soit trop tard. Ils nous emmènent lors d' un voyage périlleux dans les mystères de leurs lieux sacrés afin de modifier notre compréhension de la réalité.

Source et plus sur : http://fractalenlightenment.com/13793/culture/kogis-guardians-of-th...

Commentaire de Santorine57 le 10 octobre 2014 à 20:09

Le " poporo ", un rituel...

Les Kogis transportent une gourde ou poporo qui est un symbole de la virilité, il contient en poudre de coquillages, des feuilles de Coca et ... de la chaux...

Un poporo est un dispositif utilisé dans de nombreux groupes culturels autochtones dans le présent et l'Amérique précolombienne du Sud - en particulier dans ce qui est maintenant la Colombie - pour le stockage de petites quantités de chaux (souvent obtenus par broyage des coquillages ou mollusques en une poudre fine). 

La plupart des poporos sont composés de trois pièces :

-le récipient ( recipiente ),  

- le couvercle (cuello , ou "cou"),

-  une broche ou un bâton (palillo ) qui est utilisé pour transporter de la chaux à la bouche lors de la mastication des feuilles de coca .

Une quantité infime de chaux est donc mâchée avec les feuilles de coca, qui adoucit leur saveur astringente et active les alcaloïdes, l'optimisation de l'effet stimulant de la coca. Indiens portent régulièrement leurs poporos avec eux alors qu'ils vaquent à leurs occupations quotidiennes.

En Colombie, la «mastication» de feuilles de coca est connu comme mambeo (verbe : mambear ou mambiar ), tandis qu'au Pérou et en Bolivie les mots chaccheo (chacchar ) et acullico (acullicar ) sont utilisés. La Coca était (et est) utilisée par les peuples autochtones, non seulement pour ses propriétés stimulantes, mais aussi dans les rituels de divination, guérison, et les offrandes puisque la nourriture spirituelle - coca et d'autres plantes «maîtres» - devaient être offerts aux dieux. En Colombie, la variété la plus cultivée et utilisée de coca est coca novogranatense .

Commentaire de Santorine57 le 10 octobre 2014 à 20:08

La mastication de la coca est sacrée pour les populations autochtones, et à la suite poporos sont également attribué des pouvoirs mystiques et reflète le statut social. Poporos étaient parfois des symboles de fertilité en raison de leur couleur et de la brillance, et parce qu'ils ont été façonnés comme les femmes et les fruits comme les courges (courge), les citrouilles et les courges.

Par exemple, pour le peuple Kogui de la Sierra Nevada de Santa Marta, dans le nord de la Colombie - les descendants du groupe culturel précolombien Tairona - la poporo est de sexe féminin tandis que le bâton représente un pénis, de sorte que l'extraction de la chaux de la poporo au moyen d' le bâton symbolise les rapports sexuels. Il est également dit dans la Sierra Nevada de Santa Marta que la forme du trou de un poporo, qui est moulé par des années de l'usure de l'extraction de la chaux quotidien avec le bâton, raconte l'histoire de la vie de son propriétaire. Les poporos affichés au Musée de l'or à Bogota, en Colombie sont  essentiellement de l'art fait pour les dirigeants politiques et religieux, et / ou à la parade, avant la conquête espagnole, qui en Colombie a pris fin vers 1540. Un poporo de l'homme commun, d' alors et de maintenant,  est plus probablement fait d'une calebasse séchée (de calebasse en espagnol colombien) et ressemble à quelque chose comme ceci :

 

Sources : 

http://laniel.free.fr/INDEXES/GraphicsIndex/COLOMBIA_2011/MUSEO_DEL...

- divers

© 2021   Créé par l'Unité.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation